Séance 1- Jeudi 20 octobre 2011

Anne-Gaël BILHAUT, Marie-Cécile GIRARD, Monica HEINTZ

Ouverture, objectifs, introduction

Beaucoup d’entreprises ont du mal à imaginer ce que peuvent leur apporter les jeunes diplômés de SSH, et en particulier les ethnologues. D’ailleurs, quand ils entendent parler d’approche ethnographique, celle-ci est le plus souvent proposée par des sociologues, des politologues, des économistes, des urbanistes… Si les uns et les autres parviennent à valoriser cette approche auprès des entreprises, pourquoi la méthode ethnologique ne fait-elle pas recette chez les ethnologues eux-mêmes lorsqu’ils recherchent un emploi ? Et que pouvons-nous faire pour y remédier ?

Longtemps l’anthropologie appliquée n’a pas eu bonne presse au sein même des universités et dans les laboratoires de recherche. Désormais ils ont une mission d’insertion professionnelle des diplômés et des docteurs.  Mais pour quel emploi ? Quelles missions ? Dans quel type d’organisations ?

C’est d’autant plus difficile d’y répondre que souvent l’entreprise ne sait pas ce qu’est/ce que fait/ce que peut faire un ethnologue ; et l’ethnologue sait assez peu ce qu’est une entreprise. Comment s’y présenter ? Ethnologue ? Anthropologue ? Chargé d’études qualitatives ? Avec une spécialité ?

L’objectif de cet atelier, qui fonctionne comme un groupe de travail, donc qui s’appuie sur la participation active de ses membres, est d’essayer, à terme, de délimiter le champ des activités professionnelles des ethnologues qui travaillent dans l’entreprise – et pas seulement sur l’entreprise.

Cela pose plusieurs questions :

  • Quelle ethnographie développer dans l’entreprise ? Les contraintes sont-elles les mêmes ? En quoi se distinguent-elles ? Sont-elles négociables ?
  • Qu’est-ce qu’apporte l’ethnologue à l’entreprise (ou l’organisation qui l’emploie, plus globalement) ?
  • En quoi l’ethnologie est-elle une approche spécifique pour l’entreprise ?
  • Que peut proposer un ethnologue à une entreprise ? Comment l’ethnologue peut-il se présenter ?
  • Qu’est-ce qui manque à l’ethnologue pour « satisfaire » les besoins de recrutement d’une organisation ? Ces manques peuvent-ils être palliés par des formations ?

Un appel est lancé pour compléter la bibliographie thématique (notamment autour des collaborative anthropologies, business anthropology) et devenir contributeur du carnet de l’Atelier.

 La discussion s’est ouverte autour des thèmes suivants :

– La professionnalisation. Le « nouveau chapitre de la thèse » (le NCT®), un programme de l’Association Bernard Grégory, a pour objectif la valorisation des compétences des docteurs, en particulier pour se présenter devant les entreprises. Pour l’un des participants (CM), les ethnologues comprennent ce que perçoit l’autre.

– Le titre. A partir de quel niveau d’étude est-on anthropologue ? (Bac + 5, BAC + 8 ) ? Peut-on parler d’un « titre » pour les anthropologues ? Débat à suivre avec l’AFEA !

– Quels métiers pour les anthropologues en entreprise ? Chef de projet, chargé d’étude qualitatives, chercheur, etc.: quelle étiquette pour quelle identification ?

– Différences de langages et de méthodes de travail avec les entreprises : traduction des concepts ? adaptation ? compromis ? Le rapport au terrain est-il différent ? (ex.: faut-il faire des recommandations à la fin d’une recherche)

– Comprendre l’entreprise et « l’expliquer à elle-même » = un engagement social ? L’anthropologie peut-elle apporter la meilleure réponse à certains besoins ?

– Quel type de contrat/ethnographie pour quel type d’entreprise ? La taille de l’entreprise ou la dimension des problèmes a résoudre appellent différentes formes: CDD, CDI, consultance.

– Les domaines de recrutement des anthropologues : ceux qui le sont déjà et ceux qui s’ignorent.

– L’acceptation dans le métier : l’ethnologue en entreprise est-il un professionnel ou un hors statut ? 

Deux propositions (à suivre) :

  1. En s’appuyant sur les volets DD/RSE des rapports d’activité des entreprises, nous pourrions construire durant l’atelier une “offre” à leur présenter. Il pourrait s’agir, par exemple, de proposer une étude sur l’impact des activités où l’organisation est implantée.
  2. Pour continuer ces réflexions, nous allons essayer d’organiser une séance où interviendront des responsables RH ou des responsables de la stratégie, afin de mieux saisir les domaines dans lesquels les ethnologues peuvent intervenir et ceux dans lesquels ils doivent mieux se former.

 

NOTE: La bibliographie et le programme sont complétés au fur et à mesure des réunions du groupe de travail, ouvert à tous, et à toutes les suggestions d’amélioration.


monica

MCF Département d'ethnologie, préhistoire et ethnomusicologie Université Paris Ouest Nanterre La Défense En délégation IUF

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.