La transformation des rapports sociaux et hiérarchiques d’une organisation d’aide au développement bangladeshie confrontée à son évolution comme entreprise locale importante.

Lecture critique de l’article de Monique Sélim : « Mobilités sociales et symboliques : ethnologie d’une entreprise bangladeshie », Sociétés contemporaines, n°2, juin 1990

Monique Sélim, anthropologue (IRD) spécialisée dans l’anthropologie urbaine et l’anthropologie de l’entreprise et du travail, se penche dans cet article sur les rapports sociaux internes à une organisation locale d’aide au développement bangladeshie. Sa création en 1971 coïncide avec la lutte de libération du Bengale oriental qui devient alors le Bangladesh. Elle est née de la réunion de plusieurs médecins en vue de la création d’un petit hôpital, rejoints par des jeunes, hommes et femmes, hindous et musulmans, sans formation particulière. Cette organisation est devenue une des plus importantes au Bangladesh, une véritable entreprise, employant plus de 1500 personnes, qui a vu une diversification importante de ses activités. Celles-ci ne se concentrent plus seulement autour de l’hôpital et du dispensaire villageois mais se sont étoffées de nombreux ateliers et notamment d’une usine. Dotée d’un équipement de pointe pour la production de médicaments essentiels, elle dispose également depuis 1989 d’une unité de production des matières premières destinées aux antibiotiques.

Ces diverses activités se déroulent en périphérie de Dhaka, sur le campus de l’organisation qui comprend également des bureaux administratifs, des chantiers en construction, des logements pour certains employés, une école, des champs ainsi que des étangs. Tout cela représente un microcosme que l’auteure nous retient de considérer comme un isolat sans lien avec le reste de la société.

L’intérêt de cet article réside dans le fait que l’auteure met au jour la cristallisation des rapports sociaux et hiérarchiques, les contradictions et conflits de représentations, notamment avec l’image du « pauvre », autour de lieux tels que l’usine ou l’école du campus. Il s’agit finalement de la disjonction entre ce qu’est devenue cette organisation -une véritable entreprise gérée par un trust à but non lucratif- et les obstacles qu’elle rencontre en liaison avec son propre développement, à savoir l’idéologie qui s’est affirmée au moment de la création de cette organisation et qui n’a pas changé depuis.

 

C’est en se penchant sur les deux systèmes de promotion à l’œuvre dans cette collectivité que l’auteure met en évidence cette scission.

Le premier correspond à un itinéraire type de promotion qui débuterait comme ouvrier dans un village des alentours pour conduire aux chantiers puis aux ateliers et enfin à l’usine, ce qui représente pour l’employé un statut infiniment supérieur. Il s’agit donc de s’élever socialement et graduellement et ce, quel que soit le statut initial de l’employé.

Ainsi, tandis que le premier type de promotion permettait progressivement la neutralisation des différences sociales, le deuxième les met en lumière. En effet, suite à l’extension de l’organisation et la diversification des activités, les modes de recrutement des cadres moyens et supérieurs ont changé, surtout en ce qui concerne l’usine qui nécessite des compétences spécialisées. Les salariés embauchés sont alors souvent jeunes et diplômés. Mais le niveau moyen voire bas des salaires provoque un turn-over rapide surtout parmi le personnel médical et paramédical.

Selon l’auteure, les écarts statutaires faisant jusque-là l’objet de représentations confuses sont ainsi rendus visibles et s’édifient autour de la catégorie imaginaire du « pauvre ». L’insertion en tant que salarié est la signification d’une sortie de la « pauvreté » alors rejetée à l’extérieur du campus de l’organisation. Il ne s’agirait pas là d’une co-incidence mais bien d’une signification que les acteurs concernés apposent à l’insertion dans l’usine, et qui ne traduit pas toujours dans les faits un changement de leur mode de vie. Cette insertion marque une séparation radicale qu’il est nécessaire d’affirmer. L’école pour les enfants des employés cadre et l’hôpital du campus deviennent alors l’expression de logiques de partition sociale très nettes et mettent en scène le jeu interne des rapports de différenciation sociale née de la rencontre problématique des deux types de promotion.

La rencontre entre les deux types de promotion modifie également l’appellation de parenté fictive en jeu dans le cadre des relations de travail. En effet, jusqu’alors les rapports hiérarchiques étaient codifiés selon les termes d’adresse aîné/cadet. Mais le foisonnement récent du terme sir montre une fracture dans l’espace cordial de la fratrie symbolique. Il sert notamment à désigner ces « nouveaux diplômés » lointains, porteurs de distance sociale, ces « étrangers » qui reflètent une séparation hiérarchique au sein de l’organisation. Monique Sélim explique que ces représentations réaniment la hantise des classements sociaux et de leurs symboles de « pauvreté » et de « richesse ».

La coexistence de visions différentes est cependant maintenue unifiée grâce à l’image du fondateur de l’organisation qui possède une efficacité symbolique déterminante dans la structure interne des rapports sociaux. Il surplombe la parenté fictive en tant qu’« aîné exclusif », porteur d’une continuité et d’un dépassement des contradictions. Il représente une autorité supérieure unificatrice garantie incontestable et incontestée d’une « justice » qui ferait primer l’intérêt général sur les ambitions individuelles. Cette figure neutralise ainsi les rivalités et conflits interpersonnels suscités par l’ascension subite d’un acteur qui n’est alors pas publiquement questionnée ou contredite. Pour l’auteure il s’agit aussi d’une autorité supérieure morale. Elle utilise alors l’exemple du « style » des représentants médicaux de l’usine : le fondateur de l’organisation préfère embaucher de jeunes gens peu diplômés mais motivés et énergiques utilisant des bicyclettes. Ce choix est justifié par le fait qu’il souhaite donner aux médecins extérieurs une image adéquate de la politique de l’usine, produisant des médicaments de qualité, peu coûteux, en cohérence avec l’idéologie des débuts de l’organisation.

 

Se pencher sur une initiative locale de développement est passionnant et enrichissant mais l’analyse pourrait être plus fine si elle était appuyée sur une contextualisation de l’organisation. Quelle est, par exemple, l’importance des castes dans cette région ? L’appartenance religieuse a-t-elle une influence dans les rapports sociaux internes à l’organisation ? Quelle que soit la réponse, la question mérite d’être posée.

De même, on regrette de ne pas disposer de quelques informations sur la méthodologie utilisée – peut-être figure-t-elle dans d’autres publications. Par exemple en quelle(s) année(s), sur quelle durée et dans quelles conditions ce terrain a-t-il été réalisé ? Comment l’auteure a-t-elle procédé : quelle a été sa position d’ethnologue dans l’organisation ? A-t-elle occupé un poste ? Comment a-t-elle procédé et eu accès aux données présentées ? Auprès de qui et dans quelle langue a-t-elle mené l’enquête ? Ces informations permettraient non seulement de mieux saisir les enjeux présentés par l’auteure dans cet article mais également d’en appréhender l’analyse.

Par exemple, que signifie le terme garibbi, seul terme cité dans l’article, pour traduire « pauvre » ? Qui emploie ce terme ? Dans quelle langue et dans quelles circonstances est-il utilisé ? Il en va de même pour les termes de parenté bai/apa, qui correspondent en français à ceux d’ainé/cadet et qui nécessiteraient un complément d’information linguistique pour être étayés.

Il n’en reste pas moins que cet article clair et structuré met en évidence le processus de transformation d’une organisation d’aide au développement, fondée sur des valeurs solidaires en une grande entreprise, et les enjeux de cette transformation autour des rapports sociaux et hiérarchiques au sein de celle-ci.

Lucie Adelus

Étudiante en Master 2 d'Ethnologie Domaines d'études : Inde, Théâtre

More Posts

L’atelier « L’ethnologue dans l’entreprise » se déplace au Comptoir des presses

A l’occasion de la parution du 4e hors série « A quoi servent les sciences humaines » de la revue Tracés, le Comptoir des presses convie « l’Atelier L’ethnologue dans l’entreprise » à participer à ses entretiens, le mardi 18 décembre, à 19h.

 

À quoi servent les sciences humaines :

Les ethnologues et les entreprises

Mardi 18 décembre 2012 à 19h

Le Comptoir des Presses
86, rue Claude Bernard • 75005 Paris

En présence de:

• Anne-Gaël Bilhaut, ethnologue, postdoctorante au Lasc (Université de Liège), co-initiatrice de l’atelier l’Ethnologue dans l’entreprise

• Edouard Gardella, doctorant à l’Institut des sciences sociales du politique (ISP, Cachan), ATER à l’université de Poitiers, coordinateur du volume

Marie-Cécile Girard, ethnologue, responsable du développement de la formation continue – Université Paris Ouest et co-initiatrice de l’atelier l’Ethnologue dans l’entreprise

Véronique Pardo, anthropologue, coordinatrice de recherches, CNIEL- (Centre National Interprofessionnel de l’Économie Laitière) OCHA (Observatoire CNIEL des Habitudes Alimentaires)

Voilà le quatrième opus que la revue de sciences humaines Tracés (éditée par l’ENS de Lyon) consacre au thème : À quoi servent les sciences humaines. Le volume clôt l’exploration effectuée au fil des numéros antérieurs sur les différents usages des sciences humaines. Ces derniers ont systématiquement été présentés au moyen de récits rapportés par un binôme composé d’un spécialiste des sciences humaines et d’un « utilisateur ». Les témoignages montrent la complexité de l’exercice pris entre engagement et distanciation, implication et confusion des genres, et l’impact en retour sur les disciplines en sciences humaines.

L’entrée est libre.

Informez vous sur les prochains événements du Comptoir des presses en rejoignant le groupe Facebook du Comptoir des presses (pour n’en rater aucun !)

Anne-Gaël Bilhaut

Anthropologue indépendante (AnthropoLab), associée au Centre Erea du Lesc (France), au Laboratoire d'anthropologie sociale et culturelle de l'Institut de sciences humaines et sociales de l'Université de Liège (Belgique), et à l'Institut français d'études andines (Pérou) https://independent.academia.edu/AnneGaelBilhaut

More Posts - Website

L’éthique anthropologique, un terrain difficile

Alice Desclaux, médecin et professeur d’anthropologie à l’Université Paul Cézanne d’Aix-Marseille, travaille sur l’anthropologie de la santé en Afrique (Burkina Faso, Sénégal) ; elle expose dans son article « Les lieux du « véritable travail éthique » en anthropologie de la santé : terrain, comité, espaces de réflexion ? » (ethnographiques.org, n°17, 2008) les problèmes que posent les contraintes du « travail éthique » sur une étude de terrain en anthropologie.

Les comités d’éthique, encore inexistants en France, imposent aux chercheurs travaillant sur des « sujets vivants » un certain nombre de règles afin de protéger l’intégrité et les droits fondamentaux des individus impliqués dans le cadre de la recherche scientifique.

Aux Etats-Unis, ainsi que dans d’autres pays comme le Brésil, l’Inde et le Canada, des documents officiels et institutionnels servent de base de réflexion aux comités d’éthique qui sont chargés de décider si oui ou non un projet de recherche est recevable, faisable et légitime.

Ce dispositif bureaucratique provoque parfois chez les chercheurs en sciences sociales un désarroi certain. En effet, ces règles éthiques étant basées sur le modèle biomédical ne conviennent pas toujours aux réalités du terrain ethnographique.

Le travail de l’anthropologue est caractérisé par l’imprévisibilité et la spontanéité du terrain et des sujets impliqués dans celui-ci. Dès lors il est difficile de préétablir un dispositif éthiquement sans faille. L’idéal, selon l’auteur serait de mettre en place une collaboration efficace entre membres de comité d’éthique, les « partenaires communautaires » et le chercheur afin d’effectuer un « réel travail éthique » en amont de la recherche.

Cette réflexion collective aurait pour objectif d’adapter ces « principes éthiques », plus ou moins rigides au terrain anthropologique. Autrement dit, les rendre socialement, culturellement, historiquement et politiquement pertinents. « L’éthique en pratique », débat alimenté de manière empirique par des « hommes de terrain », serait préférable, d’un point de vue « compatibilité » avec le lieu de la recherche, à une réflexion théorique menée par des spécialistes qui discutent des valeurs qui ne correspondent pas nécessairement aux sujets concernés par la recherche scientifique.

Alice Desclaux nomme la pré-enquête ethnographique « le temps du travail éthique ». Selon cet auteur, le chercheur en sciences humaines devrait, pour entrer dans le cadre d’une réflexion éthique acceptable, mener une investigation sur son terrain, en amont de sa recherche, pour prévoir les questions éthiques qu’il sera amené à se poser lors de sa recherche. Elle donne comme exemple une enquête qui se déroulerait auprès de malades du sida en Afrique et souligne qu’il est indispensable de penser à l’état physique et psychologique de ses interlocuteurs et d’adapter les modalités ainsi que le temps des entretiens à celui-ci. Malgré tout, ce travail d’anticipation a ses limites. Chaque situation sur le terrain peut être différente et inédite. Le chercheur peut être amené à rencontrer des difficultés nouvelles lors de son deuxième séjour. Par exemple, il est possible qu’après son premier voyage, la situation politique du pays change ou que de nouvelles dynamiques sociales viennent perturber la vie de la communauté.

De plus les règles fondamentales d’éthiques[1] sont difficiles à respecter à la lettre dans la mesure où chaque situation sur le terrain est différente. Pour reprendre l’exemple de l’auteur, un malade peut ne pas pouvoir lire les papiers qu’on lui demande de signer pour attester de son consentement. Les problèmes de langue peuvent empêcher le chercheur de se faire comprendre en des termes précis etc. En somme, le travail éthique de l’anthropologue peut difficilement se présenter sous une forme rigide et contractuel comme le préconisent les comités d’éthique, car il doit faire l’objet d’un remaniement incessant tout au long de l’étude.

L’auteur s’interroge aussi sur l’incompréhension entre anthropologue et les spécialistes de l’éthique membres des comités. En effet, cette collaboration pourrait aisément avoir lieu, dans la mesure où, depuis une dizaine d’années déjà, les chercheurs en sciences humaines et notamment des anthropologues sont activement présents dans les comités d’éthique. Le grand damne des chercheurs français est « l’illisibilité » de leurs discipline. Autrement dit, la compréhension de l’approche éthique en anthropologie n’est pas transparente aux eux des non-spécialistes en la matière. Il est vrai qu’aucune base de référence réflexive n’est disponible (aucune charte, aucun code ou manuel ne sont officiellement présenté comme telle). Les controverses impliquant des anthropologues ne font pas l’objet de débats publics ou de réflexions collectives. Ainsi, les membres des comités éthique sont mis, volontairement ou involontairement, à l’écart des problématiques internes à la discipline. Dès lors, pour ces derniers, les seules choses que sont capables de produire les anthropologues sont de « simples réflexions méthodologiques ».

Le point de référence reste finalement l’éthique médicale, unique base institutionnalisée disponible.

Grace aux questions soulever dans cet article, nous pourrions nous demander pourquoi la recherche en anthropologie en France n’a pas encore de lieu, comme les comités d’éthique, pour réfléchir collectivement et officiellement des problèmes qui se posent à tous les anthropologues, actifs ou étudiants, travaillant sur des terrains proches ou éloignés, dans des institutions médicales ou non. Même si l’on a vu que la bureaucratisation de l’éthique peut freiner la recherche à cause de sa rigidité, ne serait-il pas néanmoins utile d’établir collectivement des règles adaptées à la pratique anthropologique pour aider le chercheur qui se retrouve très souvent seul face à lui même sur son terrain sans « points cardinaux » éthiques pour se repérer ?

Ces comités n’aideraient-ils à nous mettre d’accord sur certains points matériels qui posent problème dans la pratique courante de la discipline, comme la rémunération des informateurs, qui créent bien souvent des malaises et des complexes pour l’anthropologue mais aussi pour les personnes avec lesquelles il travaille ?

Le juste équilibre entre pleine liberté d’exercer son métier comme on l’entend, en ne mettant en jeu que sa propre conscience et réglementation claire et consensuelle d’un travail conditionné par l’intrication perpétuelle des subjectivités individuelles, n’est pas facile à trouver mais reste nécessaire.


[1] Exemple de règles fondamentales d’éthique : consentement éclairé des sujets, respect d’une approche normative, anticipation d’un protocole précis

Cesanelli Violetta

Etudiante de Master 2 en anthropologie à l'Université de Paris Ouest Nanterre La Défense.

More Posts

De l’importance de la formation théorique – par Ludivine Egounleti

Ludivine Egounleti (Master 2, Ethnologie générale, Université Paris Ouest)

De l’importance de la formation théoriquepour l’ethnologue dans l’entreprise

Synthèse de la séance 3 sur “Itinéraire d’un anthropologue devenu dirigeant d’entreprise” avec Nicolas Flamant, DRH chez Spie Batignolles.

Quelle est l’importance de la formation rigoureuse, théorique et méthodologique en anthropologie pour le monde de l’entreprise ? Nicolas Flamant, anthropologue et directeur des ressources humaines chez Spie Batignolles, nous a présenté son parcours et ses réflexions sur l’ethnologie dans l’entreprise

Trouver sa place 

La construction de l’objet se fait à partir de deux questionnements : qu’est-ce qu’est fondamentalement une entreprise, et comment situer les sciences sociales dans ce milieu ? L’espace de l’analyse de l’entreprise est déjà saturé notamment par les sociologies du travail, visant à la création de sens, et le management, pour apporter du sens. L’anthropologie doit pouvoir aboutir à un double positionnement, à la fois académique et entrepreneurial. Elle doit également pouvoir se situer par rapport aux autres disciplines, telles que la sociologie, l’économie ou le marketing. En cela, elle devrait développer une méthodologie propre au monde de l’entreprise, en partant des fondamentaux de la discipline.

Méthodologie : grille de lecture & décentrement

La méthodologie de l’anthropologie en entreprise peut se démarquer et se révéler à travers la grille de lecture utilisée pour observer les faits. Par « grille de lecture », on entend un équipement méthodologique solide, qui aidera dans la confrontation avec d’autres milieux.

Par exemple, pour travailler avec ou sur les entreprises, il est intéressant d’avoir recours à d’autres mécanismes méthodologiques que ceux de l’économie. C’est ce qu’il fait dans son travail de thèse : :lors de son terrain en Inde, il s’aperçoit qu’une des clés pour interpréter l’ensemble du fonctionnement de la filière qu’il observe est la parenté, qu’il appliquera en grille de lecture sur  l’actionnariat familial, la codification juridique, la religion musulmane.

Cette structure de pensée et l’ancrage méthodologique à travers lesquels il analyse les faits, lui permettent de se décentrer des situations observées, tout en gardant une structure de pensée basée sur des fondamentaux.

Le regard de l’anthropologue

La force de l’anthropologie résiderait dans une acuité plus profonde de tous les phénomènes permanents, qui échappent à la logique immédiate. Pour le conférencier, il est important de « requestionner les termes du débat et d’être plus rigoureux sur ce qui va de soi ». L’expérience de terrain, dans son aspect « exotique », permet de prendre du recul, se distancier de son objet pour pouvoir appréhender des situations nouvelles.

Au sein des réseaux humains et interactions

L’anthropologie doit parvenir à un double positionnement, entre la recherche scientifique et le mode entrepreneurial, car le chercheur se situe à la fois au sein des relations humaines propres à son terrain, et doit aussi être dans une optique de travail pluridisciplinaire, aussi bien dans l’entreprise que dans le dialogue avec les autres disciplines. En effet, il s’agit de construire son objet en se distinguant des autres disciplines, tout en étant apte à le rendre accessible par la suite aux acteurs du monde professionnel.

L’anthropologie donne la possibilité d’être beaucoup dans l’observation rapprochée, de comprendre comment s’inscrivent les choses dans un ordre général. C’est pour cela qu’il est nécessaire d’avoir un équipement intellectuel, une structure de pensée. Il faut savoir se laisser prendre dans des situations, et accepter de s’y perdre, car le fait d’avoir un solide équipement intellectuel sert alors de corde de rappel.

Le chercheur en anthropologie doit être capable de comprendre le langage et le comportement des acteurs qu’il observe, puis de leur restituer ces analyses en des termes plus pragmatiques.

Garder la bonne distance

La difficulté du travail dans l’entreprise est d’arriver à se distancier, retrouver une « position d’altérité » pour pouvoir proposer une lecture différente, tout en établissant une observation rapprochée des acteurs. Il est important donc, pour le chercheur en anthropologie, de définir au préalable avec l’entreprise les objectifs de la recherche, sans que celle-ci ne prenne entièrement la main sur le projet – comme il arrive souvent.

Pour le chercheur, une enquête ouverte, à laquelle seraient intégrés la négociation d’entrée dans l’entreprise puis le processus d’intégration, semble préférable

Les CIFRE (Convention industrielle de formation par la recherche), contrat dont a bénéficié Nicolas Flamant dans le cadre de la préparation de sa thèse, doivent porter sur un projet clair, incluant en amont un travail fondamental de compréhension des avantages du travail de recherche pour l’entreprise.

Objectifs de la recherche anthropologique pour l’entreprise

Le fondement du travail de l’anthropologue est de parvenir à comprendre ce qui permet à un système de fonctionner. L’entreprise recherche l’efficacité, la performance et les met en scène. La finalité économique est importante, cependant l’ethnologue dépasse la raison économique pour questionner l’évidence et y apporter d’autres dimensions, sociales, politiques, culturelles, symboliques. A partir de là, il s’interroge : comment est-ce que les acteurs lisent et perçoivent les situations dans lesquelles ils sont ? Les perceptions orientent les formes de socialisation et les actions dans l’entreprise. L’intérêt pour l’anthropologue est de réussir à entrer dans ce système qui lui pré-existe, et d’en proposer une lecture différente.

Conclusion

Cette intervention met en lumière l’intérêt d’une formation théorique et méthodologique rigoureuse chez le chercheur en anthropologie. Cet ancrage permet au chercheur en anthropologie de se décentrer de toutes les situations et expériences de terrain, et ainsi d’apporter un regard sur les faits que n’auront pas particulièrement les autres disciplines et acteurs de l’entreprise. Tout en préservant les fondamentaux de la discipline, il faut pousser de nouveaux champs et aller voir ce qu’il se passe dans les autres disciplines et dans le domaine économique. Par ailleurs, il faut un ancrage solide pour pouvoir également porter le débat à l’extérieur. Cette base intellectuelle et méthodologique de l’ethnologie devrait s’ouvrir à la professionnalisation et être transcrite en termes de compétences. Il est alors aussi conseillé de développer celles du pilotage de projet, comme l’animation et la coordination d’actions projet. Le parcours de Nicolas Flamant montre à quel point l’ancrage théorique que lui a apporté l’anthropologie, lui a permis également de s’adapter à des terrains divers et de se confronter à des attentes très différents.

Anne-Gaël Bilhaut

Anthropologue indépendante (AnthropoLab), associée au Centre Erea du Lesc (France), au Laboratoire d'anthropologie sociale et culturelle de l'Institut de sciences humaines et sociales de l'Université de Liège (Belgique), et à l'Institut français d'études andines (Pérou) https://independent.academia.edu/AnneGaelBilhaut

More Posts - Website

Quand l’entreprise adopte les méthodes ethnologiques, par Amélie Aubert

Lundi 23 janvier 2011, l’atelier « l’ethnologue dans l’entreprise » du LESC a accueilli Michel Rogeaux, expert pour l’équipe du laboratoire « Sensory & Behavior Science » de Danone Research. L’intervention s’est déroulée en deux temps. Michel Rogeaux nous a d’abord présenté le groupe Danone puis l’équipe de recherche.

 

Danone, entre la recherche et l’adaptation locale

Pour Danone, l’alimentation est le principal vecteur permettant aux individus de construire et de préserver leur capital-santé. Le groupe se concentre sur quatre types de produits : l’eau, les produits laitiers frais, la nutrition infantile et la nutrition médicale. Il se positionne du côté de la prévention : formation et préservation du capital-santé puis le « bien-vieillir ». Ses trois principes sont la crédibilité, la pertinence et l’efficacité, et cela sur le long terme. Danone cherche à la fois à avoir une vision globale du capital-santé humain (gérée par le centre de Palaiseau en France) et à partir des pratiques, goûts et besoins locaux pour développer des produits de qualité supérieure répondant aux attentes des différents consommateurs et ce dans une logique de responsabilité environnementale.

 

De formation ingénieur agronome, Michel Rogeaux est aujourd’hui l’expert-méthode de l’équipe de recherche « Sensory & Behavior Science ». Il est chargé de développer de nouvelles méthodes et intervient dans différents projets mis en place par les membres de l’équipe. Ces derniers se divisent en groupes selon les marques des produits Danone. Ces équipes ont comme objectif la compréhension du consommateur (comportement, besoins) pour concevoir des produits qui répondent au mieux à ses attentes.

 

Quelles méthodes pour quels types de résultats?

Depuis cinq ou six ans, Michel Rogeaux affirme que la R&D de Danone démontre une réelle sensibilité à l’ethnologie. Le recours aux méthodes de la discipline permet une approche et des résultats complémentaires de ceux du marketing. Pour Danone Research, les besoins des consommateurs ne s’expriment pas complètement dans les discours formalisés des individus, d’où la nécessité, pour capter les pratiques, d’avoir recours à des méthodes à la fois « indirectes et avec plus de fond ».Une des techniques utilisées est celle de la vidéo: collecte de données par l’intermédiaire d’une « subcam » (on laisse une caméra dans un foyer pendant une semaine), analyse des matériaux et débriefing avec les individus deux semaines après. Danone propose également aux individus de prendre des photos de leurs pratiques alimentaires quotidiennes ou de réaliser des carnets intimes ; on fait alors de « l’auto-ethnographie ». Pour Michel Rogeaux, ces méthodes d’inspiration ethnologique permettent un échange avec le consommateur et l’incite à une réflexion sur ses propres pratiques.L’équipe met également en place des études qu’elle appelle cette fois « sociologie ». L’objectif est alors de mieux comprendre les représentations et les styles de vie des consommateurs. On cherche une connaissance de fond sur le contexte pour nourrir un projet de produit. Michel Rogeaux citetrois exemples : une étude sur les populations précaires au Mexique faite par une sociologue locale, une autre en Algérie et enfin une étude sur la gestion de l’alimentation en situation de précarité en France.

 

Différences de méthodes de travail…

Il est intéressant de noter l’écart entre le monde de l’entreprise et celui des sciences sociales concernant la définition des disciplines ethnologiques et sociologiques. Les ethnologues présents dans la salle ont déclaré se sentir davantage concernés par ce que Danone appelle « sociologie ». Selon eux, l’ethnologie présentée ici se rapprocherait davantage d’un « ethnomarketing » plutôt que d’une ethnographie. Alors que durant la première séance, nous nous demandions ce que l’ethnologie pouvait apporter à l’entreprise, nous observons par ce cas concret  que l’ethnologie apparaît avant tout aux yeux des non-spécialistes comme une méthode pour collecter des informations. Encore que, comme cela a été soulevé, « vous êtes en avance, nous n’avons pas encore en ethnologie ces méthodes de subcam ! ». L’ethnologie ne s’arrêtant pas à la simple collecte de données, ne serait-il pas davantage aux ethnologues d’expliciter aux entreprises les méthodes et les enjeux de leur discipline afin d’évoluer vers une conception moins réductrice de l’anthropologie ?

Séance 5 – jeudi 16 février 2012

Luc Chelly (Entreprendre et Comprendre) & Nicolas Prévôt (Université Paris Ouest), et Isabelle Lescanne (directeur général, Nutriset) & Cécile Vasseur (chargée de mission, Nutriset) :

« Échanges entre ethnologues et entreprises sur les apports de la discipline et les compétences attendues »

Anne-Gaël Bilhaut

Anthropologue indépendante (AnthropoLab), associée au Centre Erea du Lesc (France), au Laboratoire d'anthropologie sociale et culturelle de l'Institut de sciences humaines et sociales de l'Université de Liège (Belgique), et à l'Institut français d'études andines (Pérou) https://independent.academia.edu/AnneGaelBilhaut

More Posts - Website

Séance 4 – lundi 23 janvier 2012

Michel Rogeaux, Expert Equipe, Sensory & Consumer Science, Danone Research.

“Introduction de la sociologie et des sciences humaines pour Danone”

 

  • Introduction Danone
  • Introduction process d’innovation
  • Mise en place de la sociologie et de l’ethnologie pour Danone : comment et pourquoi ?
  • Exemple de réalisations
  • Les challenges

 

 

Anne-Gaël Bilhaut

Anthropologue indépendante (AnthropoLab), associée au Centre Erea du Lesc (France), au Laboratoire d'anthropologie sociale et culturelle de l'Institut de sciences humaines et sociales de l'Université de Liège (Belgique), et à l'Institut français d'études andines (Pérou) https://independent.academia.edu/AnneGaelBilhaut

More Posts - Website

Anthropologie et innovation : traduire, négocier, partager – par Marianne Billau

Marianne Billau (Master 2, Ethnologie, Université paris Ouest) : « Anthropologie et innovation: traduire, négocier, partager »

Synthèse de la séance 2 sur « La cuisine de la recherche anthropologique en industrie: matérialisation de concepts et liquidité ethnographique » avec Olivier Wathelet.

Quels rapports au temps et aux partenaires pour le chercheur engagé dans un projet d’anthropologie appliquée ? En quoi différent-ils de ceux instaurés dans le cadre d’une recherche fondamentale ? Olivier Wathelet, chef de projet innovation –anthropologue au département recherche Kitchen Electrics de SAS Seb, évoque son parcours et ses missions pour répondre à ces questions.

S’intégrer et apprendre

Engagé au sein d’une cellule innovation, il montre comment un anthropologue peut valoriser ses compétences au sein d’un groupe de travail pluridisciplinaire et ainsi devenir lui-même acteur de l’innovation. En retour, ce travail pluridisciplinaire enrichit l’approche ethnographique en induisant une forme de réflexivité dans la production des savoirs, l’anthropologue travaillant ses données dans une direction différente. L’intégration de l’anthropologue à la cellule innovation implique à la fois un changement de posture de celui-ci, qui inscrit sa démarche au sein d’une logique de projet, et une rupture dans les pratiques du groupe avec la définition d’une nouvelle fonction au sein de l’entreprise.

Négocier les attentes de chaque partie

Les attentes de l’entreprise se précisent grâce à une dynamique d’échanges et de partage des savoirs entre les différents acteurs. Seul anthropologue chez Seb, Olivier Wathelet est entouré de collègues pour la plupart ingénieurs spécialistes des matériaux, issus de l’industrie métallurgique ou de l’agro-alimentaire. Avant d’être recruté, l’anthropologue a dû convaincre de la pertinence de l’approche ethnographique dans un processus d’innovation. Les matériaux ethnographiques font sens dès lors que le travail d’enquête se double d’un travail de reprise des données permettant d’identifier les problématiques pertinentes (techniques) pour les acteurs.

Apporter un regard nouveau

Leader mondial du petit électroménager, le groupe Seb mise beaucoup sur l’innovation avec environ 200 nouveaux produits mis sur le marché chaque année La conception de ceux destinés à être exportés se fait en France. Selon l’anthropologue, l’entreprise gagnerait à communiquer sur son identité de groupe avec ses revendeurs, ce qui garantirait une meilleure compréhension de l’environnement auquel elle destine ses nouveaux produits.

Agir comme médiateur du savoir entre l’équipe technique et l’utilisateur

Le processus d’innovation ne suit pas un déroulement linéaire mais se caractérise au contraire par une temporalité spécifique, faite d’aller-retour entre les phases d’exploration, d’élaboration du prototype, et de validation ou résolution de problèmes techniques. Les innovations proposées ne se résument pas à l’addition d’une nouvelle fonction sur un ancien appareil. Elles constituent une rupture et nécessitent l’élaboration d’un prototype fonctionnel, qui s’insère dans une temporalité qui dépasse le temps de manipulation par l’utilisateur. L’équipe technique est là pour réaliser un arbitrage à partir des différentes situations de tensions ou points de stress identifiés.

Intégré au sein de l’équipe technique, l’anthropologue intervient pour analyser l’impact des prototypes sur les pratiques des utilisateurs. Le choix d’une méthode et d’outils d’analyse s’avère stratégique dans la démonstration d’un savoir différent et opérationnel de l’ethnologue.

Approche phénoménologique de l’utilisation des produits

Pour définir les contours de son travail au sein du groupe, l’anthropologue doit utiliser des méthodes d’analyses expérimentales toujours plus affinées et complémentaires de celles de ses collaborateurs. La comparaison fine de l’approche anthropologique avec celle des designers d’interaction permet à Olivier Wathelet de préciser les contours de son activité : tandis que la démarche des designers d’interaction suit une logique objectivante, visant à expliciter des normes, s’efforçant de converger vers une « solution produit », la démarche anthropologique se veut plus phénoménologique, s’attachant à comprendre les activités à la première personne, à donner aux informateurs toute leur place, tout en prenant en compte l’artificialité de la situation d’enquête.

Le décentrement exigé par la démarche anthropologique, apporte au processus d’innovation une dimension réflexive, qui permet à chacun des acteurs d’en comprendre les tenants et les aboutissants de manière plus explicite. De façon pragmatique, en tant que chef de projet, l’anthropologue est amené à assurer un travail en équipe plus efficace, sur la base d’un partage des savoirs et d’une compréhension commune.

 

Valorisation à chaque étape du projet versus valorisation du produit final

La temporalité liée au processus d’innovation impose des contraintes dans la formulation et la restitution des données. L’anthropologue se trouve confronté à la nécessité de « dégager les savoirs ethnographiques du contexte de leur commande originelle pour rencontrer des problématiques distinctes dans le temps ».

De plus, le savoir ethnographique produit dans un contexte non-académique nécessite sinon une traduction, du moins une mise en forme autre que celle, finale, d’un article ou d’un rapport. Le caractère mouvant du processus de construction de l’innovation impose à l’anthropologue des contraintes temporelles différentes de celles de la rédaction d’un article : au lieu de présenter le produit fini de son analyse, il se doit d’en rendre les étapes intermédiaires « présentables » et de soigner les « livrables ».

 

L’espace de collaboration et la boîte à outils commune

La salle projet constitue au sein du groupe un lieu d’échange, de présentation et de réappropriation des données : elle permet de partager une compréhension, de la stabiliser dans le temps, de rendre présente une situation d’origine pendant tout le déroulé du processus d’innovation.

Le partage des savoirs nécessite la constitution d’une boîte à outils commune, appropriable par tous, permettant de segmenter une activité et de canaliser les dynamiques d’innovation. Cette boîte à outils est constituée de manière collaborative.

La recherche innovation utilise un outil : la persona. Il s’agit de la construction d’un idéal type à partir de différents attributs, de verbatim, qui permet d’un définir un individu. Les persona ne représentent en aucun cas des segments de marché. Ces usagers type permettent d’identifier des indicateurs caractérisant une activité dans une perspective la plus narrative possible. A la fois outil de narration et de compréhension, les persona constituent un outil puissant car compris et réapproprié par tous. Ils ont vocation à être enrichis progressivement avec des détails au cours du processus de construction de l’innovation.

Cette logique d’attribution de caractéristiques constitue l’une des limites du recours aux persona, car s’il donne une dimension performative aux données ethnographiques et aux altérités, il n’en risque pas moins de proposer une image figée des pratiques liées à une catégorie donnée d’utilisateurs.

Conclusion

Cette intervention met en lumière la nécessité pour l’anthropologue de mettre en avant son expertise, élaborée sur la base d’un corpus théorique et méthodologique qu’il est en mesure d’adapter et de traduire pour un éventail assez large de collaborateurs. La spécificité de l’approche anthropologique semble résider dans son adaptabilité et sa capacité à rendre intelligible un processus aux différents acteurs qui en font partie. Le parcours d’Olivier Wathelet, rattaché au monde académique et à la recherche fondamentale en parallèle de sa fonction de chef de projet, montre que le travail des données ethnographiques peut être orienté dans des perspectives radicalement différentes selon que ce travail vient nourrir l’élaboration d’hypothèses théoriques, ou s’inscrire dans un travail d’équipe orienté vers la production d’un produit.

 

 

 

 

monica

MCF Département d'ethnologie, préhistoire et ethnomusicologie Université Paris Ouest Nanterre La Défense En délégation IUF

More Posts - Website

Séance 2 – mardi 15 novembre 2011

Olivier WATHELET. Chef de projet innovation – anthropologue au département recherche Kitchen Electrics de SAS Seb.

Les cuisines de la recherche anthropologique en industrie : matérialisation des concepts et liquidité ethnographique

Nous proposons dans cette intervention de discuter de certains aspects de la pratique du métier d’anthropologue dans le contexte industriel, en l’occurrence notre participation en tant que « chef de projet innovation – anthropologue » au sein de l’activité culinaire du groupe Seb. Pour présenter les enjeux de l’intégration et de la transformation d’une démarche anthropologique au sein d’une cellule d’innovation, nous prendrons appui sur deux axes d’analyses complémentaires.

Le premier concerne les modalités de matérialisation des savoirs tant aux stades de la production des connaissances que celui du partage de savoirs. Il s’agit, comme le propose Adam Drazin (2009), de penser le concept ethnographique comme le résultat de négociation impliquant un ensemble mouvant de matériaux mis à l’épreuve d’interactions avec un grand nombre d’acteurs aux intérêts hétérogènes.

Le second axe d’analyse interroge la possibilité de dégager les savoirs ethnographiques du contexte de leur commande originale pour rencontrer des problématiques distinctes et instables dans le temps. Cette « liquidité ethnographique » (Plowman, Prendergast & Roberts 2009) est un aspect déterminant de la rencontre entre anthropologie et démarche de conception. D’une part, la valeur opérationnelle des concepts et leurs portées dans une dynamique d’innovation dépend de la capacité de l’anthropologue à comprendre et infléchir la biographie culturelle des concepts/choses (Kopytoff 1986) au sein des collectifs constitués de manière ad hoc. D’autre part, le caractère extrêmement mouvant des processus de construction de l’innovation rend nécessaire un travail de reprise et de transformation des concepts ethnographiques au service de problématiques et d’acteurs eux-mêmes changeants.

Dans notre discussion, nous nous attacherons avant tout à montrer, à l’aide de notre propre expérience dont nous décrirons les principaux enjeux, comment une pratique de l’anthropologie est capable de s’inscrire positivement dans une dynamique d’innovation. Interroger les conditions de possibilité de cette rencontre revient également, comme nous tenterons de le faire, à souligner en quoi ces pratiques nouvelles auxquelles nous avons été confrontés (transformation du rapport au temps, aux informateurs, aux commanditaires et aux partenaires dans la production du savoir) constituent également des pistes potentielles pour enrichir l’exercice de l’anthropologie aujourd’hui.

Références :

Drazin, A. (dir.), 2009. « Anthropology, Design and Technology in Ireland  ». Numéro spécial de Anthropology in Action. Journal for Applied Anthropology in Policy and Practice, vol. 16, n° 1,

Kopytoff. I. 1986. « The Cultural Biography of Things: Commodization As Process » In Appadurai, A. (Ed.) The Social Life of Things, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 64-94.

Plowman, T.; Prendergast, D. & Roberts, S. 2009. « From people to prototypes and products: ethnographic liquidity and the Intel global Aging  Experience Study », Intel Technology Journal, 13, 3 : 20-39.

 

Anne-Gaël Bilhaut

Anthropologue indépendante (AnthropoLab), associée au Centre Erea du Lesc (France), au Laboratoire d'anthropologie sociale et culturelle de l'Institut de sciences humaines et sociales de l'Université de Liège (Belgique), et à l'Institut français d'études andines (Pérou) https://independent.academia.edu/AnneGaelBilhaut

More Posts - Website

Séance 1- Jeudi 20 octobre 2011

Anne-Gaël BILHAUT, Marie-Cécile GIRARD, Monica HEINTZ

Ouverture, objectifs, introduction

Beaucoup d’entreprises ont du mal à imaginer ce que peuvent leur apporter les jeunes diplômés de SSH, et en particulier les ethnologues. D’ailleurs, quand ils entendent parler d’approche ethnographique, celle-ci est le plus souvent proposée par des sociologues, des politologues, des économistes, des urbanistes… Si les uns et les autres parviennent à valoriser cette approche auprès des entreprises, pourquoi la méthode ethnologique ne fait-elle pas recette chez les ethnologues eux-mêmes lorsqu’ils recherchent un emploi ? Et que pouvons-nous faire pour y remédier ?

Longtemps l’anthropologie appliquée n’a pas eu bonne presse au sein même des universités et dans les laboratoires de recherche. Désormais ils ont une mission d’insertion professionnelle des diplômés et des docteurs.  Mais pour quel emploi ? Quelles missions ? Dans quel type d’organisations ?

C’est d’autant plus difficile d’y répondre que souvent l’entreprise ne sait pas ce qu’est/ce que fait/ce que peut faire un ethnologue ; et l’ethnologue sait assez peu ce qu’est une entreprise. Comment s’y présenter ? Ethnologue ? Anthropologue ? Chargé d’études qualitatives ? Avec une spécialité ?

L’objectif de cet atelier, qui fonctionne comme un groupe de travail, donc qui s’appuie sur la participation active de ses membres, est d’essayer, à terme, de délimiter le champ des activités professionnelles des ethnologues qui travaillent dans l’entreprise – et pas seulement sur l’entreprise.

Cela pose plusieurs questions :

  • Quelle ethnographie développer dans l’entreprise ? Les contraintes sont-elles les mêmes ? En quoi se distinguent-elles ? Sont-elles négociables ?
  • Qu’est-ce qu’apporte l’ethnologue à l’entreprise (ou l’organisation qui l’emploie, plus globalement) ?
  • En quoi l’ethnologie est-elle une approche spécifique pour l’entreprise ?
  • Que peut proposer un ethnologue à une entreprise ? Comment l’ethnologue peut-il se présenter ?
  • Qu’est-ce qui manque à l’ethnologue pour « satisfaire » les besoins de recrutement d’une organisation ? Ces manques peuvent-ils être palliés par des formations ?

Un appel est lancé pour compléter la bibliographie thématique (notamment autour des collaborative anthropologies, business anthropology) et devenir contributeur du carnet de l’Atelier.

 La discussion s’est ouverte autour des thèmes suivants :

– La professionnalisation. Le « nouveau chapitre de la thèse » (le NCT®), un programme de l’Association Bernard Grégory, a pour objectif la valorisation des compétences des docteurs, en particulier pour se présenter devant les entreprises. Pour l’un des participants (CM), les ethnologues comprennent ce que perçoit l’autre.

– Le titre. A partir de quel niveau d’étude est-on anthropologue ? (Bac + 5, BAC + 8 ) ? Peut-on parler d’un « titre » pour les anthropologues ? Débat à suivre avec l’AFEA !

– Quels métiers pour les anthropologues en entreprise ? Chef de projet, chargé d’étude qualitatives, chercheur, etc.: quelle étiquette pour quelle identification ?

– Différences de langages et de méthodes de travail avec les entreprises : traduction des concepts ? adaptation ? compromis ? Le rapport au terrain est-il différent ? (ex.: faut-il faire des recommandations à la fin d’une recherche)

– Comprendre l’entreprise et « l’expliquer à elle-même » = un engagement social ? L’anthropologie peut-elle apporter la meilleure réponse à certains besoins ?

– Quel type de contrat/ethnographie pour quel type d’entreprise ? La taille de l’entreprise ou la dimension des problèmes a résoudre appellent différentes formes: CDD, CDI, consultance.

– Les domaines de recrutement des anthropologues : ceux qui le sont déjà et ceux qui s’ignorent.

– L’acceptation dans le métier : l’ethnologue en entreprise est-il un professionnel ou un hors statut ? 

Deux propositions (à suivre) :

  1. En s’appuyant sur les volets DD/RSE des rapports d’activité des entreprises, nous pourrions construire durant l’atelier une “offre” à leur présenter. Il pourrait s’agir, par exemple, de proposer une étude sur l’impact des activités où l’organisation est implantée.
  2. Pour continuer ces réflexions, nous allons essayer d’organiser une séance où interviendront des responsables RH ou des responsables de la stratégie, afin de mieux saisir les domaines dans lesquels les ethnologues peuvent intervenir et ceux dans lesquels ils doivent mieux se former.

 

NOTE: La bibliographie et le programme sont complétés au fur et à mesure des réunions du groupe de travail, ouvert à tous, et à toutes les suggestions d’amélioration.

monica

MCF Département d'ethnologie, préhistoire et ethnomusicologie Université Paris Ouest Nanterre La Défense En délégation IUF

More Posts - Website

L’ethnologue dans l’entreprise

L’ethnologie comme méthode et discipline est en France sous-utilisée et sous-estimée dans l’entreprise comme dans les travaux portant sur le monde du travail, les organisations, leur management. A travers cet atelier-pilote de recherche mensuel, nous voulons montrer que l’ethnologie a les moyens non seulement de produire des analyses originales et pertinentes dans et sur l’entreprise, mais aussi de s’emparer de ces nouveaux objets. Cette démonstration doit ouvrir la voie vers de nouvelles formes de professionnalisation de l’anthropologie appliquée contemporaine.

Quelle ethnographie peut-on développer dans l’entreprise ? Les concepts théoriques de l’anthropologie y sont-ils opérants ?

Dans cet atelier, à partir de l’expérience des intervenants et des participants, nous tenterons aussi de délimiter le champ de ces nouvelles activités professionnelles des ethnologues travaillant dans l’entreprise, en répondant aux questions suivantes : qu’est-ce qu’apporte l’ethnologue à l’entreprise ? Comment caractériser la spécificité de cette discipline en relation avec les besoins de l’entreprise ? Quelles sont les compétences qui lui sont propres ? Comment conduire et négocier sa pratique de terrain dans l’entreprise ? Quels sont les atouts et les failles de l’ethnologue qui y travaille ?

Anne-Gaël Bilhaut

Anthropologue indépendante (AnthropoLab), associée au Centre Erea du Lesc (France), au Laboratoire d'anthropologie sociale et culturelle de l'Institut de sciences humaines et sociales de l'Université de Liège (Belgique), et à l'Institut français d'études andines (Pérou) https://independent.academia.edu/AnneGaelBilhaut

More Posts - Website