Anthropologie et innovation : traduire, négocier, partager – par Marianne Billau

Marianne Billau (Master 2, Ethnologie, Université paris Ouest) : « Anthropologie et innovation: traduire, négocier, partager »

Synthèse de la séance 2 sur « La cuisine de la recherche anthropologique en industrie: matérialisation de concepts et liquidité ethnographique » avec Olivier Wathelet.

Quels rapports au temps et aux partenaires pour le chercheur engagé dans un projet d’anthropologie appliquée ? En quoi différent-ils de ceux instaurés dans le cadre d’une recherche fondamentale ? Olivier Wathelet, chef de projet innovation –anthropologue au département recherche Kitchen Electrics de SAS Seb, évoque son parcours et ses missions pour répondre à ces questions.

S’intégrer et apprendre

Engagé au sein d’une cellule innovation, il montre comment un anthropologue peut valoriser ses compétences au sein d’un groupe de travail pluridisciplinaire et ainsi devenir lui-même acteur de l’innovation. En retour, ce travail pluridisciplinaire enrichit l’approche ethnographique en induisant une forme de réflexivité dans la production des savoirs, l’anthropologue travaillant ses données dans une direction différente. L’intégration de l’anthropologue à la cellule innovation implique à la fois un changement de posture de celui-ci, qui inscrit sa démarche au sein d’une logique de projet, et une rupture dans les pratiques du groupe avec la définition d’une nouvelle fonction au sein de l’entreprise.

Négocier les attentes de chaque partie

Les attentes de l’entreprise se précisent grâce à une dynamique d’échanges et de partage des savoirs entre les différents acteurs. Seul anthropologue chez Seb, Olivier Wathelet est entouré de collègues pour la plupart ingénieurs spécialistes des matériaux, issus de l’industrie métallurgique ou de l’agro-alimentaire. Avant d’être recruté, l’anthropologue a dû convaincre de la pertinence de l’approche ethnographique dans un processus d’innovation. Les matériaux ethnographiques font sens dès lors que le travail d’enquête se double d’un travail de reprise des données permettant d’identifier les problématiques pertinentes (techniques) pour les acteurs.

Apporter un regard nouveau

Leader mondial du petit électroménager, le groupe Seb mise beaucoup sur l’innovation avec environ 200 nouveaux produits mis sur le marché chaque année La conception de ceux destinés à être exportés se fait en France. Selon l’anthropologue, l’entreprise gagnerait à communiquer sur son identité de groupe avec ses revendeurs, ce qui garantirait une meilleure compréhension de l’environnement auquel elle destine ses nouveaux produits.

Agir comme médiateur du savoir entre l’équipe technique et l’utilisateur

Le processus d’innovation ne suit pas un déroulement linéaire mais se caractérise au contraire par une temporalité spécifique, faite d’aller-retour entre les phases d’exploration, d’élaboration du prototype, et de validation ou résolution de problèmes techniques. Les innovations proposées ne se résument pas à l’addition d’une nouvelle fonction sur un ancien appareil. Elles constituent une rupture et nécessitent l’élaboration d’un prototype fonctionnel, qui s’insère dans une temporalité qui dépasse le temps de manipulation par l’utilisateur. L’équipe technique est là pour réaliser un arbitrage à partir des différentes situations de tensions ou points de stress identifiés.

Intégré au sein de l’équipe technique, l’anthropologue intervient pour analyser l’impact des prototypes sur les pratiques des utilisateurs. Le choix d’une méthode et d’outils d’analyse s’avère stratégique dans la démonstration d’un savoir différent et opérationnel de l’ethnologue.

Approche phénoménologique de l’utilisation des produits

Pour définir les contours de son travail au sein du groupe, l’anthropologue doit utiliser des méthodes d’analyses expérimentales toujours plus affinées et complémentaires de celles de ses collaborateurs. La comparaison fine de l’approche anthropologique avec celle des designers d’interaction permet à Olivier Wathelet de préciser les contours de son activité : tandis que la démarche des designers d’interaction suit une logique objectivante, visant à expliciter des normes, s’efforçant de converger vers une « solution produit », la démarche anthropologique se veut plus phénoménologique, s’attachant à comprendre les activités à la première personne, à donner aux informateurs toute leur place, tout en prenant en compte l’artificialité de la situation d’enquête.

Le décentrement exigé par la démarche anthropologique, apporte au processus d’innovation une dimension réflexive, qui permet à chacun des acteurs d’en comprendre les tenants et les aboutissants de manière plus explicite. De façon pragmatique, en tant que chef de projet, l’anthropologue est amené à assurer un travail en équipe plus efficace, sur la base d’un partage des savoirs et d’une compréhension commune.

 

Valorisation à chaque étape du projet versus valorisation du produit final

La temporalité liée au processus d’innovation impose des contraintes dans la formulation et la restitution des données. L’anthropologue se trouve confronté à la nécessité de « dégager les savoirs ethnographiques du contexte de leur commande originelle pour rencontrer des problématiques distinctes dans le temps ».

De plus, le savoir ethnographique produit dans un contexte non-académique nécessite sinon une traduction, du moins une mise en forme autre que celle, finale, d’un article ou d’un rapport. Le caractère mouvant du processus de construction de l’innovation impose à l’anthropologue des contraintes temporelles différentes de celles de la rédaction d’un article : au lieu de présenter le produit fini de son analyse, il se doit d’en rendre les étapes intermédiaires « présentables » et de soigner les « livrables ».

 

L’espace de collaboration et la boîte à outils commune

La salle projet constitue au sein du groupe un lieu d’échange, de présentation et de réappropriation des données : elle permet de partager une compréhension, de la stabiliser dans le temps, de rendre présente une situation d’origine pendant tout le déroulé du processus d’innovation.

Le partage des savoirs nécessite la constitution d’une boîte à outils commune, appropriable par tous, permettant de segmenter une activité et de canaliser les dynamiques d’innovation. Cette boîte à outils est constituée de manière collaborative.

La recherche innovation utilise un outil : la persona. Il s’agit de la construction d’un idéal type à partir de différents attributs, de verbatim, qui permet d’un définir un individu. Les persona ne représentent en aucun cas des segments de marché. Ces usagers type permettent d’identifier des indicateurs caractérisant une activité dans une perspective la plus narrative possible. A la fois outil de narration et de compréhension, les persona constituent un outil puissant car compris et réapproprié par tous. Ils ont vocation à être enrichis progressivement avec des détails au cours du processus de construction de l’innovation.

Cette logique d’attribution de caractéristiques constitue l’une des limites du recours aux persona, car s’il donne une dimension performative aux données ethnographiques et aux altérités, il n’en risque pas moins de proposer une image figée des pratiques liées à une catégorie donnée d’utilisateurs.

Conclusion

Cette intervention met en lumière la nécessité pour l’anthropologue de mettre en avant son expertise, élaborée sur la base d’un corpus théorique et méthodologique qu’il est en mesure d’adapter et de traduire pour un éventail assez large de collaborateurs. La spécificité de l’approche anthropologique semble résider dans son adaptabilité et sa capacité à rendre intelligible un processus aux différents acteurs qui en font partie. Le parcours d’Olivier Wathelet, rattaché au monde académique et à la recherche fondamentale en parallèle de sa fonction de chef de projet, montre que le travail des données ethnographiques peut être orienté dans des perspectives radicalement différentes selon que ce travail vient nourrir l’élaboration d’hypothèses théoriques, ou s’inscrire dans un travail d’équipe orienté vers la production d’un produit.

 

 

 

 

monica

MCF Département d'ethnologie, préhistoire et ethnomusicologie Université Paris Ouest Nanterre La Défense En délégation IUF

More Posts - Website

Séance 2 – mardi 15 novembre 2011

Olivier WATHELET. Chef de projet innovation – anthropologue au département recherche Kitchen Electrics de SAS Seb.

Les cuisines de la recherche anthropologique en industrie : matérialisation des concepts et liquidité ethnographique

Nous proposons dans cette intervention de discuter de certains aspects de la pratique du métier d’anthropologue dans le contexte industriel, en l’occurrence notre participation en tant que « chef de projet innovation – anthropologue » au sein de l’activité culinaire du groupe Seb. Pour présenter les enjeux de l’intégration et de la transformation d’une démarche anthropologique au sein d’une cellule d’innovation, nous prendrons appui sur deux axes d’analyses complémentaires.

Le premier concerne les modalités de matérialisation des savoirs tant aux stades de la production des connaissances que celui du partage de savoirs. Il s’agit, comme le propose Adam Drazin (2009), de penser le concept ethnographique comme le résultat de négociation impliquant un ensemble mouvant de matériaux mis à l’épreuve d’interactions avec un grand nombre d’acteurs aux intérêts hétérogènes.

Le second axe d’analyse interroge la possibilité de dégager les savoirs ethnographiques du contexte de leur commande originale pour rencontrer des problématiques distinctes et instables dans le temps. Cette « liquidité ethnographique » (Plowman, Prendergast & Roberts 2009) est un aspect déterminant de la rencontre entre anthropologie et démarche de conception. D’une part, la valeur opérationnelle des concepts et leurs portées dans une dynamique d’innovation dépend de la capacité de l’anthropologue à comprendre et infléchir la biographie culturelle des concepts/choses (Kopytoff 1986) au sein des collectifs constitués de manière ad hoc. D’autre part, le caractère extrêmement mouvant des processus de construction de l’innovation rend nécessaire un travail de reprise et de transformation des concepts ethnographiques au service de problématiques et d’acteurs eux-mêmes changeants.

Dans notre discussion, nous nous attacherons avant tout à montrer, à l’aide de notre propre expérience dont nous décrirons les principaux enjeux, comment une pratique de l’anthropologie est capable de s’inscrire positivement dans une dynamique d’innovation. Interroger les conditions de possibilité de cette rencontre revient également, comme nous tenterons de le faire, à souligner en quoi ces pratiques nouvelles auxquelles nous avons été confrontés (transformation du rapport au temps, aux informateurs, aux commanditaires et aux partenaires dans la production du savoir) constituent également des pistes potentielles pour enrichir l’exercice de l’anthropologie aujourd’hui.

Références :

Drazin, A. (dir.), 2009. « Anthropology, Design and Technology in Ireland  ». Numéro spécial de Anthropology in Action. Journal for Applied Anthropology in Policy and Practice, vol. 16, n° 1,

Kopytoff. I. 1986. « The Cultural Biography of Things: Commodization As Process » In Appadurai, A. (Ed.) The Social Life of Things, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 64-94.

Plowman, T.; Prendergast, D. & Roberts, S. 2009. « From people to prototypes and products: ethnographic liquidity and the Intel global Aging  Experience Study », Intel Technology Journal, 13, 3 : 20-39.

 

Anne-Gaël Bilhaut

Anthropologue indépendante (AnthropoLab), associée au Centre Erea du Lesc (France), au Laboratoire d'anthropologie sociale et culturelle de l'Institut de sciences humaines et sociales de l'Université de Liège (Belgique), et à l'Institut français d'études andines (Pérou) https://independent.academia.edu/AnneGaelBilhaut

More Posts - Website