La transformation des rapports sociaux et hiérarchiques d’une organisation d’aide au développement bangladeshie confrontée à son évolution comme entreprise locale importante.

Lecture critique de l’article de Monique Sélim : « Mobilités sociales et symboliques : ethnologie d’une entreprise bangladeshie », Sociétés contemporaines, n°2, juin 1990

Monique Sélim, anthropologue (IRD) spécialisée dans l’anthropologie urbaine et l’anthropologie de l’entreprise et du travail, se penche dans cet article sur les rapports sociaux internes à une organisation locale d’aide au développement bangladeshie. Sa création en 1971 coïncide avec la lutte de libération du Bengale oriental qui devient alors le Bangladesh. Elle est née de la réunion de plusieurs médecins en vue de la création d’un petit hôpital, rejoints par des jeunes, hommes et femmes, hindous et musulmans, sans formation particulière. Cette organisation est devenue une des plus importantes au Bangladesh, une véritable entreprise, employant plus de 1500 personnes, qui a vu une diversification importante de ses activités. Celles-ci ne se concentrent plus seulement autour de l’hôpital et du dispensaire villageois mais se sont étoffées de nombreux ateliers et notamment d’une usine. Dotée d’un équipement de pointe pour la production de médicaments essentiels, elle dispose également depuis 1989 d’une unité de production des matières premières destinées aux antibiotiques.

Ces diverses activités se déroulent en périphérie de Dhaka, sur le campus de l’organisation qui comprend également des bureaux administratifs, des chantiers en construction, des logements pour certains employés, une école, des champs ainsi que des étangs. Tout cela représente un microcosme que l’auteure nous retient de considérer comme un isolat sans lien avec le reste de la société.

L’intérêt de cet article réside dans le fait que l’auteure met au jour la cristallisation des rapports sociaux et hiérarchiques, les contradictions et conflits de représentations, notamment avec l’image du « pauvre », autour de lieux tels que l’usine ou l’école du campus. Il s’agit finalement de la disjonction entre ce qu’est devenue cette organisation -une véritable entreprise gérée par un trust à but non lucratif- et les obstacles qu’elle rencontre en liaison avec son propre développement, à savoir l’idéologie qui s’est affirmée au moment de la création de cette organisation et qui n’a pas changé depuis.

 

C’est en se penchant sur les deux systèmes de promotion à l’œuvre dans cette collectivité que l’auteure met en évidence cette scission.

Le premier correspond à un itinéraire type de promotion qui débuterait comme ouvrier dans un village des alentours pour conduire aux chantiers puis aux ateliers et enfin à l’usine, ce qui représente pour l’employé un statut infiniment supérieur. Il s’agit donc de s’élever socialement et graduellement et ce, quel que soit le statut initial de l’employé.

Ainsi, tandis que le premier type de promotion permettait progressivement la neutralisation des différences sociales, le deuxième les met en lumière. En effet, suite à l’extension de l’organisation et la diversification des activités, les modes de recrutement des cadres moyens et supérieurs ont changé, surtout en ce qui concerne l’usine qui nécessite des compétences spécialisées. Les salariés embauchés sont alors souvent jeunes et diplômés. Mais le niveau moyen voire bas des salaires provoque un turn-over rapide surtout parmi le personnel médical et paramédical.

Selon l’auteure, les écarts statutaires faisant jusque-là l’objet de représentations confuses sont ainsi rendus visibles et s’édifient autour de la catégorie imaginaire du « pauvre ». L’insertion en tant que salarié est la signification d’une sortie de la « pauvreté » alors rejetée à l’extérieur du campus de l’organisation. Il ne s’agirait pas là d’une co-incidence mais bien d’une signification que les acteurs concernés apposent à l’insertion dans l’usine, et qui ne traduit pas toujours dans les faits un changement de leur mode de vie. Cette insertion marque une séparation radicale qu’il est nécessaire d’affirmer. L’école pour les enfants des employés cadre et l’hôpital du campus deviennent alors l’expression de logiques de partition sociale très nettes et mettent en scène le jeu interne des rapports de différenciation sociale née de la rencontre problématique des deux types de promotion.

La rencontre entre les deux types de promotion modifie également l’appellation de parenté fictive en jeu dans le cadre des relations de travail. En effet, jusqu’alors les rapports hiérarchiques étaient codifiés selon les termes d’adresse aîné/cadet. Mais le foisonnement récent du terme sir montre une fracture dans l’espace cordial de la fratrie symbolique. Il sert notamment à désigner ces « nouveaux diplômés » lointains, porteurs de distance sociale, ces « étrangers » qui reflètent une séparation hiérarchique au sein de l’organisation. Monique Sélim explique que ces représentations réaniment la hantise des classements sociaux et de leurs symboles de « pauvreté » et de « richesse ».

La coexistence de visions différentes est cependant maintenue unifiée grâce à l’image du fondateur de l’organisation qui possède une efficacité symbolique déterminante dans la structure interne des rapports sociaux. Il surplombe la parenté fictive en tant qu’« aîné exclusif », porteur d’une continuité et d’un dépassement des contradictions. Il représente une autorité supérieure unificatrice garantie incontestable et incontestée d’une « justice » qui ferait primer l’intérêt général sur les ambitions individuelles. Cette figure neutralise ainsi les rivalités et conflits interpersonnels suscités par l’ascension subite d’un acteur qui n’est alors pas publiquement questionnée ou contredite. Pour l’auteure il s’agit aussi d’une autorité supérieure morale. Elle utilise alors l’exemple du « style » des représentants médicaux de l’usine : le fondateur de l’organisation préfère embaucher de jeunes gens peu diplômés mais motivés et énergiques utilisant des bicyclettes. Ce choix est justifié par le fait qu’il souhaite donner aux médecins extérieurs une image adéquate de la politique de l’usine, produisant des médicaments de qualité, peu coûteux, en cohérence avec l’idéologie des débuts de l’organisation.

 

Se pencher sur une initiative locale de développement est passionnant et enrichissant mais l’analyse pourrait être plus fine si elle était appuyée sur une contextualisation de l’organisation. Quelle est, par exemple, l’importance des castes dans cette région ? L’appartenance religieuse a-t-elle une influence dans les rapports sociaux internes à l’organisation ? Quelle que soit la réponse, la question mérite d’être posée.

De même, on regrette de ne pas disposer de quelques informations sur la méthodologie utilisée – peut-être figure-t-elle dans d’autres publications. Par exemple en quelle(s) année(s), sur quelle durée et dans quelles conditions ce terrain a-t-il été réalisé ? Comment l’auteure a-t-elle procédé : quelle a été sa position d’ethnologue dans l’organisation ? A-t-elle occupé un poste ? Comment a-t-elle procédé et eu accès aux données présentées ? Auprès de qui et dans quelle langue a-t-elle mené l’enquête ? Ces informations permettraient non seulement de mieux saisir les enjeux présentés par l’auteure dans cet article mais également d’en appréhender l’analyse.

Par exemple, que signifie le terme garibbi, seul terme cité dans l’article, pour traduire « pauvre » ? Qui emploie ce terme ? Dans quelle langue et dans quelles circonstances est-il utilisé ? Il en va de même pour les termes de parenté bai/apa, qui correspondent en français à ceux d’ainé/cadet et qui nécessiteraient un complément d’information linguistique pour être étayés.

Il n’en reste pas moins que cet article clair et structuré met en évidence le processus de transformation d’une organisation d’aide au développement, fondée sur des valeurs solidaires en une grande entreprise, et les enjeux de cette transformation autour des rapports sociaux et hiérarchiques au sein de celle-ci.

Lucie Adelus

Étudiante en Master 2 d'Ethnologie Domaines d'études : Inde, Théâtre

More Posts

L’atelier « L’ethnologue dans l’entreprise » se déplace au Comptoir des presses

A l’occasion de la parution du 4e hors série « A quoi servent les sciences humaines » de la revue Tracés, le Comptoir des presses convie « l’Atelier L’ethnologue dans l’entreprise » à participer à ses entretiens, le mardi 18 décembre, à 19h.

 

À quoi servent les sciences humaines :

Les ethnologues et les entreprises

Mardi 18 décembre 2012 à 19h

Le Comptoir des Presses
86, rue Claude Bernard • 75005 Paris

En présence de:

• Anne-Gaël Bilhaut, ethnologue, postdoctorante au Lasc (Université de Liège), co-initiatrice de l’atelier l’Ethnologue dans l’entreprise

• Edouard Gardella, doctorant à l’Institut des sciences sociales du politique (ISP, Cachan), ATER à l’université de Poitiers, coordinateur du volume

Marie-Cécile Girard, ethnologue, responsable du développement de la formation continue – Université Paris Ouest et co-initiatrice de l’atelier l’Ethnologue dans l’entreprise

Véronique Pardo, anthropologue, coordinatrice de recherches, CNIEL- (Centre National Interprofessionnel de l’Économie Laitière) OCHA (Observatoire CNIEL des Habitudes Alimentaires)

Voilà le quatrième opus que la revue de sciences humaines Tracés (éditée par l’ENS de Lyon) consacre au thème : À quoi servent les sciences humaines. Le volume clôt l’exploration effectuée au fil des numéros antérieurs sur les différents usages des sciences humaines. Ces derniers ont systématiquement été présentés au moyen de récits rapportés par un binôme composé d’un spécialiste des sciences humaines et d’un « utilisateur ». Les témoignages montrent la complexité de l’exercice pris entre engagement et distanciation, implication et confusion des genres, et l’impact en retour sur les disciplines en sciences humaines.

L’entrée est libre.

Informez vous sur les prochains événements du Comptoir des presses en rejoignant le groupe Facebook du Comptoir des presses (pour n’en rater aucun !)

Anne-Gaël Bilhaut

Anthropologue indépendante (AnthropoLab), associée au Centre Erea du Lesc (France), au Laboratoire d'anthropologie sociale et culturelle de l'Institut de sciences humaines et sociales de l'Université de Liège (Belgique), et à l'Institut français d'études andines (Pérou) https://independent.academia.edu/AnneGaelBilhaut

More Posts - Website

De l’importance de la formation théorique – par Ludivine Egounleti

Ludivine Egounleti (Master 2, Ethnologie générale, Université Paris Ouest)

De l’importance de la formation théoriquepour l’ethnologue dans l’entreprise

Synthèse de la séance 3 sur “Itinéraire d’un anthropologue devenu dirigeant d’entreprise” avec Nicolas Flamant, DRH chez Spie Batignolles.

Quelle est l’importance de la formation rigoureuse, théorique et méthodologique en anthropologie pour le monde de l’entreprise ? Nicolas Flamant, anthropologue et directeur des ressources humaines chez Spie Batignolles, nous a présenté son parcours et ses réflexions sur l’ethnologie dans l’entreprise

Trouver sa place 

La construction de l’objet se fait à partir de deux questionnements : qu’est-ce qu’est fondamentalement une entreprise, et comment situer les sciences sociales dans ce milieu ? L’espace de l’analyse de l’entreprise est déjà saturé notamment par les sociologies du travail, visant à la création de sens, et le management, pour apporter du sens. L’anthropologie doit pouvoir aboutir à un double positionnement, à la fois académique et entrepreneurial. Elle doit également pouvoir se situer par rapport aux autres disciplines, telles que la sociologie, l’économie ou le marketing. En cela, elle devrait développer une méthodologie propre au monde de l’entreprise, en partant des fondamentaux de la discipline.

Méthodologie : grille de lecture & décentrement

La méthodologie de l’anthropologie en entreprise peut se démarquer et se révéler à travers la grille de lecture utilisée pour observer les faits. Par « grille de lecture », on entend un équipement méthodologique solide, qui aidera dans la confrontation avec d’autres milieux.

Par exemple, pour travailler avec ou sur les entreprises, il est intéressant d’avoir recours à d’autres mécanismes méthodologiques que ceux de l’économie. C’est ce qu’il fait dans son travail de thèse : :lors de son terrain en Inde, il s’aperçoit qu’une des clés pour interpréter l’ensemble du fonctionnement de la filière qu’il observe est la parenté, qu’il appliquera en grille de lecture sur  l’actionnariat familial, la codification juridique, la religion musulmane.

Cette structure de pensée et l’ancrage méthodologique à travers lesquels il analyse les faits, lui permettent de se décentrer des situations observées, tout en gardant une structure de pensée basée sur des fondamentaux.

Le regard de l’anthropologue

La force de l’anthropologie résiderait dans une acuité plus profonde de tous les phénomènes permanents, qui échappent à la logique immédiate. Pour le conférencier, il est important de « requestionner les termes du débat et d’être plus rigoureux sur ce qui va de soi ». L’expérience de terrain, dans son aspect « exotique », permet de prendre du recul, se distancier de son objet pour pouvoir appréhender des situations nouvelles.

Au sein des réseaux humains et interactions

L’anthropologie doit parvenir à un double positionnement, entre la recherche scientifique et le mode entrepreneurial, car le chercheur se situe à la fois au sein des relations humaines propres à son terrain, et doit aussi être dans une optique de travail pluridisciplinaire, aussi bien dans l’entreprise que dans le dialogue avec les autres disciplines. En effet, il s’agit de construire son objet en se distinguant des autres disciplines, tout en étant apte à le rendre accessible par la suite aux acteurs du monde professionnel.

L’anthropologie donne la possibilité d’être beaucoup dans l’observation rapprochée, de comprendre comment s’inscrivent les choses dans un ordre général. C’est pour cela qu’il est nécessaire d’avoir un équipement intellectuel, une structure de pensée. Il faut savoir se laisser prendre dans des situations, et accepter de s’y perdre, car le fait d’avoir un solide équipement intellectuel sert alors de corde de rappel.

Le chercheur en anthropologie doit être capable de comprendre le langage et le comportement des acteurs qu’il observe, puis de leur restituer ces analyses en des termes plus pragmatiques.

Garder la bonne distance

La difficulté du travail dans l’entreprise est d’arriver à se distancier, retrouver une « position d’altérité » pour pouvoir proposer une lecture différente, tout en établissant une observation rapprochée des acteurs. Il est important donc, pour le chercheur en anthropologie, de définir au préalable avec l’entreprise les objectifs de la recherche, sans que celle-ci ne prenne entièrement la main sur le projet – comme il arrive souvent.

Pour le chercheur, une enquête ouverte, à laquelle seraient intégrés la négociation d’entrée dans l’entreprise puis le processus d’intégration, semble préférable

Les CIFRE (Convention industrielle de formation par la recherche), contrat dont a bénéficié Nicolas Flamant dans le cadre de la préparation de sa thèse, doivent porter sur un projet clair, incluant en amont un travail fondamental de compréhension des avantages du travail de recherche pour l’entreprise.

Objectifs de la recherche anthropologique pour l’entreprise

Le fondement du travail de l’anthropologue est de parvenir à comprendre ce qui permet à un système de fonctionner. L’entreprise recherche l’efficacité, la performance et les met en scène. La finalité économique est importante, cependant l’ethnologue dépasse la raison économique pour questionner l’évidence et y apporter d’autres dimensions, sociales, politiques, culturelles, symboliques. A partir de là, il s’interroge : comment est-ce que les acteurs lisent et perçoivent les situations dans lesquelles ils sont ? Les perceptions orientent les formes de socialisation et les actions dans l’entreprise. L’intérêt pour l’anthropologue est de réussir à entrer dans ce système qui lui pré-existe, et d’en proposer une lecture différente.

Conclusion

Cette intervention met en lumière l’intérêt d’une formation théorique et méthodologique rigoureuse chez le chercheur en anthropologie. Cet ancrage permet au chercheur en anthropologie de se décentrer de toutes les situations et expériences de terrain, et ainsi d’apporter un regard sur les faits que n’auront pas particulièrement les autres disciplines et acteurs de l’entreprise. Tout en préservant les fondamentaux de la discipline, il faut pousser de nouveaux champs et aller voir ce qu’il se passe dans les autres disciplines et dans le domaine économique. Par ailleurs, il faut un ancrage solide pour pouvoir également porter le débat à l’extérieur. Cette base intellectuelle et méthodologique de l’ethnologie devrait s’ouvrir à la professionnalisation et être transcrite en termes de compétences. Il est alors aussi conseillé de développer celles du pilotage de projet, comme l’animation et la coordination d’actions projet. Le parcours de Nicolas Flamant montre à quel point l’ancrage théorique que lui a apporté l’anthropologie, lui a permis également de s’adapter à des terrains divers et de se confronter à des attentes très différents.

Anne-Gaël Bilhaut

Anthropologue indépendante (AnthropoLab), associée au Centre Erea du Lesc (France), au Laboratoire d'anthropologie sociale et culturelle de l'Institut de sciences humaines et sociales de l'Université de Liège (Belgique), et à l'Institut français d'études andines (Pérou) https://independent.academia.edu/AnneGaelBilhaut

More Posts - Website