Quand l’entreprise adopte les méthodes ethnologiques, par Amélie Aubert

Lundi 23 janvier 2011, l’atelier « l’ethnologue dans l’entreprise » du LESC a accueilli Michel Rogeaux, expert pour l’équipe du laboratoire « Sensory & Behavior Science » de Danone Research. L’intervention s’est déroulée en deux temps. Michel Rogeaux nous a d’abord présenté le groupe Danone puis l’équipe de recherche.

 

Danone, entre la recherche et l’adaptation locale

Pour Danone, l’alimentation est le principal vecteur permettant aux individus de construire et de préserver leur capital-santé. Le groupe se concentre sur quatre types de produits : l’eau, les produits laitiers frais, la nutrition infantile et la nutrition médicale. Il se positionne du côté de la prévention : formation et préservation du capital-santé puis le « bien-vieillir ». Ses trois principes sont la crédibilité, la pertinence et l’efficacité, et cela sur le long terme. Danone cherche à la fois à avoir une vision globale du capital-santé humain (gérée par le centre de Palaiseau en France) et à partir des pratiques, goûts et besoins locaux pour développer des produits de qualité supérieure répondant aux attentes des différents consommateurs et ce dans une logique de responsabilité environnementale.

 

De formation ingénieur agronome, Michel Rogeaux est aujourd’hui l’expert-méthode de l’équipe de recherche « Sensory & Behavior Science ». Il est chargé de développer de nouvelles méthodes et intervient dans différents projets mis en place par les membres de l’équipe. Ces derniers se divisent en groupes selon les marques des produits Danone. Ces équipes ont comme objectif la compréhension du consommateur (comportement, besoins) pour concevoir des produits qui répondent au mieux à ses attentes.

 

Quelles méthodes pour quels types de résultats?

Depuis cinq ou six ans, Michel Rogeaux affirme que la R&D de Danone démontre une réelle sensibilité à l’ethnologie. Le recours aux méthodes de la discipline permet une approche et des résultats complémentaires de ceux du marketing. Pour Danone Research, les besoins des consommateurs ne s’expriment pas complètement dans les discours formalisés des individus, d’où la nécessité, pour capter les pratiques, d’avoir recours à des méthodes à la fois « indirectes et avec plus de fond ».Une des techniques utilisées est celle de la vidéo: collecte de données par l’intermédiaire d’une « subcam » (on laisse une caméra dans un foyer pendant une semaine), analyse des matériaux et débriefing avec les individus deux semaines après. Danone propose également aux individus de prendre des photos de leurs pratiques alimentaires quotidiennes ou de réaliser des carnets intimes ; on fait alors de « l’auto-ethnographie ». Pour Michel Rogeaux, ces méthodes d’inspiration ethnologique permettent un échange avec le consommateur et l’incite à une réflexion sur ses propres pratiques.L’équipe met également en place des études qu’elle appelle cette fois « sociologie ». L’objectif est alors de mieux comprendre les représentations et les styles de vie des consommateurs. On cherche une connaissance de fond sur le contexte pour nourrir un projet de produit. Michel Rogeaux citetrois exemples : une étude sur les populations précaires au Mexique faite par une sociologue locale, une autre en Algérie et enfin une étude sur la gestion de l’alimentation en situation de précarité en France.

 

Différences de méthodes de travail…

Il est intéressant de noter l’écart entre le monde de l’entreprise et celui des sciences sociales concernant la définition des disciplines ethnologiques et sociologiques. Les ethnologues présents dans la salle ont déclaré se sentir davantage concernés par ce que Danone appelle « sociologie ». Selon eux, l’ethnologie présentée ici se rapprocherait davantage d’un « ethnomarketing » plutôt que d’une ethnographie. Alors que durant la première séance, nous nous demandions ce que l’ethnologie pouvait apporter à l’entreprise, nous observons par ce cas concret  que l’ethnologie apparaît avant tout aux yeux des non-spécialistes comme une méthode pour collecter des informations. Encore que, comme cela a été soulevé, « vous êtes en avance, nous n’avons pas encore en ethnologie ces méthodes de subcam ! ». L’ethnologie ne s’arrêtant pas à la simple collecte de données, ne serait-il pas davantage aux ethnologues d’expliciter aux entreprises les méthodes et les enjeux de leur discipline afin d’évoluer vers une conception moins réductrice de l’anthropologie ?

Séance 4 – lundi 23 janvier 2012

Michel Rogeaux, Expert Equipe, Sensory & Consumer Science, Danone Research.

“Introduction de la sociologie et des sciences humaines pour Danone”

 

  • Introduction Danone
  • Introduction process d’innovation
  • Mise en place de la sociologie et de l’ethnologie pour Danone : comment et pourquoi ?
  • Exemple de réalisations
  • Les challenges

 

 

Anne-Gaël Bilhaut

Anthropologue indépendante (AnthropoLab), associée au Centre Erea du Lesc (France), au Laboratoire d’anthropologie sociale et culturelle de l’Institut de sciences humaines et sociales de l’Université de Liège (Belgique), et à l’Institut français d’études andines (Pérou)
https://independent.academia.edu/AnneGaelBilhaut

More Posts - Website

Séance 2 – mardi 15 novembre 2011

Olivier WATHELET. Chef de projet innovation – anthropologue au département recherche Kitchen Electrics de SAS Seb.

Les cuisines de la recherche anthropologique en industrie : matérialisation des concepts et liquidité ethnographique

Nous proposons dans cette intervention de discuter de certains aspects de la pratique du métier d’anthropologue dans le contexte industriel, en l’occurrence notre participation en tant que « chef de projet innovation – anthropologue » au sein de l’activité culinaire du groupe Seb. Pour présenter les enjeux de l’intégration et de la transformation d’une démarche anthropologique au sein d’une cellule d’innovation, nous prendrons appui sur deux axes d’analyses complémentaires.

Le premier concerne les modalités de matérialisation des savoirs tant aux stades de la production des connaissances que celui du partage de savoirs. Il s’agit, comme le propose Adam Drazin (2009), de penser le concept ethnographique comme le résultat de négociation impliquant un ensemble mouvant de matériaux mis à l’épreuve d’interactions avec un grand nombre d’acteurs aux intérêts hétérogènes.

Le second axe d’analyse interroge la possibilité de dégager les savoirs ethnographiques du contexte de leur commande originale pour rencontrer des problématiques distinctes et instables dans le temps. Cette « liquidité ethnographique » (Plowman, Prendergast & Roberts 2009) est un aspect déterminant de la rencontre entre anthropologie et démarche de conception. D’une part, la valeur opérationnelle des concepts et leurs portées dans une dynamique d’innovation dépend de la capacité de l’anthropologue à comprendre et infléchir la biographie culturelle des concepts/choses (Kopytoff 1986) au sein des collectifs constitués de manière ad hoc. D’autre part, le caractère extrêmement mouvant des processus de construction de l’innovation rend nécessaire un travail de reprise et de transformation des concepts ethnographiques au service de problématiques et d’acteurs eux-mêmes changeants.

Dans notre discussion, nous nous attacherons avant tout à montrer, à l’aide de notre propre expérience dont nous décrirons les principaux enjeux, comment une pratique de l’anthropologie est capable de s’inscrire positivement dans une dynamique d’innovation. Interroger les conditions de possibilité de cette rencontre revient également, comme nous tenterons de le faire, à souligner en quoi ces pratiques nouvelles auxquelles nous avons été confrontés (transformation du rapport au temps, aux informateurs, aux commanditaires et aux partenaires dans la production du savoir) constituent également des pistes potentielles pour enrichir l’exercice de l’anthropologie aujourd’hui.

Références :

Drazin, A. (dir.), 2009. « Anthropology, Design and Technology in Ireland  ». Numéro spécial de Anthropology in Action. Journal for Applied Anthropology in Policy and Practice, vol. 16, n° 1,

Kopytoff. I. 1986. « The Cultural Biography of Things: Commodization As Process » In Appadurai, A. (Ed.) The Social Life of Things, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 64-94.

Plowman, T.; Prendergast, D. & Roberts, S. 2009. « From people to prototypes and products: ethnographic liquidity and the Intel global Aging  Experience Study », Intel Technology Journal, 13, 3 : 20-39.

 

Anne-Gaël Bilhaut

Anthropologue indépendante (AnthropoLab), associée au Centre Erea du Lesc (France), au Laboratoire d’anthropologie sociale et culturelle de l’Institut de sciences humaines et sociales de l’Université de Liège (Belgique), et à l’Institut français d’études andines (Pérou)
https://independent.academia.edu/AnneGaelBilhaut

More Posts - Website