De la recherche en sciences sociales au métier de chargé d’études : reality test – par Maxime Le Calvé

Synthèse de la Séance du 12 avril 2012 par Maxime Le Calvé

Invité à parler de son métier d’anthropologue en entreprise, c’est également en tant que directeur du doctorat professionnel de recherches en sciences sociales de Paris 5 La Sorbonne que Dominique Desjeux s’est adressé à nous.

Quels débouchés pour les docteurs en sciences sociales sur le marché du travail ?

Selon Dominique Desjeux, deux types de parcours sont offerts dans le secteur de la recherche en sciences sociales appliquées : soit le docteur crée sa propre structure de recherche, en marketing, grande consommation, ou dans une moindre mesure, en stratégie RH, soit il intègre un institut d’études comme BVA ou TNS Soffres.

Comment former des anthropologues aux métiers de la recherche en entreprise et comment les rendre compétitifs ?

Le constat préliminaire de Dominique Desjeux est simple : la filière universitaire est en compétition directe avec les grandes écoles. Selon lui, le bagage intellectuel des élèves issus des classes préparatoires est certes plus complet, mais c’est surtout une logique de réseaux qui permet à ces personnes de rencontrer un succès plus rapide que les étudiants de l’université. D. Desjeux a été formé avec Crozier en analyse stratégique et de réseaux, une approche orientée vers l’analyse des débouchés professionnels. Il constate que les réseaux des grandes écoles sont en position de force sur le marché du travail. Si les diplômés d’un magistère (diplôme universitaire) trouvaient facilement du travail dans les années 90, les conditions sont devenues beaucoup plus difficiles aujourd’hui.

La solution qu’il a développée est un doctorat qui fait le pont entre le monde de la recherche et le monde de l’entreprise. La formation implique les étudiants sur des terrains financés par des entreprises, ces études de marchés sont également l’occasion de recherches plus approfondies et scientifiques.

Résoudre les difficultés liées à une différence de « culture » entre le milieu de la recherche et le milieu de l’entreprise : trouver ses alliés.

Dominique Desjeux encourage les chercheurs à favoriser le travail avec leurs « alliés » : les associations d’instituts de recherche marketing comme l’ADETEM, mais aussi les services R&D, qui trouvent dans les praticiens des sciences sociales des interlocuteurs privilégiés pour développer de nouveaux produits suite à des enquêtes de terrain. « Leur culture est beaucoup plus proche de la nôtre », explique-t-il, « ce sont des ingénieurs ou des universitaires ». Là où les spécialistes du marketing sont en général plus intéressés par l’imaginaire et le sens, ils ne sont malheureusement souvent pas pertinents dans la façon dont ils posent les problèmes. Il s’agit toujours uniquement de faire des offres adéquates face à un public cible ; les marketeurs savent bien souvent déjà ce qu’ils veulent trouver lorsqu’ils lancent une étude.

Les anthropologues proposent au contraire l’étude des pratiques, des contraintes matérielles, qui servent ensuite de support à une étude de la symbolique plus ancrée dans le réel. Les R&D apprécient cette logique inductive propre à l’anthropologie, ce « supplément d’âme », le côté plus humain des études conduites par des personnes formées à la recherche académique. Il s’agit donc de faire coïncider les langages, de traduire et de s’adapter, car par ailleurs il y a un besoin réel pour un tel type d’études.

Quels sont les partenaires et quels projets de recherche sont développés au sein du doctorat professionnel d’Anthropologie Appliquée de l’Université Paris 5 ?

Selon Dominique Desjeux, les contrats CIFRE constituent un atout important pour ceux qui aspirent à une carrière dans le monde de l’entreprise après leur doctorat. Le co-financement permet à chacun des acteurs de retirer de grands avantages de cette expérience de plusieurs années. Il nous a donné quelques exemples de sujets de thèses CIFRE et des partenaires de son doctorat professionnel :

  • France Télécom avec des études portant sur l’innovation et les nouvelles technologies dans l’habitat ;
  • Danone avec une thèse de méthode, « comment faire parler de l’indicible », étude de méthodologie sur les techniques de recueil de l’information dans certains domaines de la vie intime ;
  • Lego au Danemark, enquête « monde » sur le jeu des 8-12 ans ;
  • GDF avec trois enquêtes, dont : « militants écolos, quelles pratiques ? », étude sur les écarts entre représentations, valeurs et pratiques réelles ;
  • L’Office HLM : thèse sur les systèmes de décisions collectives pour l’économie d’énergie, étude complétée par un film.

Comment se déroule concrètement le Doctorat Professionnel ?

Ce doctorat professionnel a remplacé le magistère, qui était déjà un parcours recherche professionnalisant : une licence, une maîtrise, un DEA conjugués à trois Diplômes Universitaires. Le doctorat est lui aussi structuré en trois ans: trois grandes études sont prises en charge par le doctorant, à la fin de chaque année un mémoire est soutenu. Le travail d’écriture de la thèse est ainsi divisé en trois parties, ce qui permet selon D. Desjeux, plus de soutien et moins de stress pour l’étudiant. La progression permet une montée en complexité sur les thématiques abordées tout en restant proche du métier concret des études, avec ses terrains et ses clients. L’étudiant se trouve face aux différents interlocuteurs et à des problématiques diverses. Les trois années du doctorat sont validées par trois diplômes universitaires (DU): DU Chargé d’études ; DU Chargé d’études organisationnelles ; DU Responsable d’études.

Les fonds de l’Etat alloués à la formation et à la recherche scientifique servent ainsi au co-financement d’études approfondies sur la consommation tout en formant des chercheurs spécialisés et immédiatement opérationnels dans les instituts d’études de marchés.

Terrains pour la thèse et méthodologie d’enquête : un modèle hybride entre études de marché et sciences sociales.

D. Desjeux insiste sur le fait que les terrains de thèse doivent se dérouler de façon absolument identique aux démarches d’études de marchés pratiquées en instituts : les répondants sont ainsi recrutés par des sociétés spécialisées, le doctorant doit se conformer au planning d’entretiens prévu par le commanditaire de l’étude. Le mode de recueil d’information privilégié est celui de l’entretien « à domicile », d’une durée variable qui peut aller jusqu’à plusieurs heures. Le chercheur peut ainsi observer les pratiques et usages domestiques tout en conduisant l’entretien, en recueillant des images.

La seule différence entre une étude d’institut et une étude faite par le doctorant se situerait finalement dans la durée du travail de recherche. Un premier rapport portant sur les questions ayant motivé l’étude est rendu et présenté aux clients quelques semaines après le terrain. Les données sont ensuite analysées plus en profondeur, pendant plusieurs mois, et le mémoire de recherche est un second rapport rendu au client à la fin de l’année, qui fait pour lui l’état de la question d’une problématique stratégique. Le mode opératoire de l’analyse de ces enquêtes qualitatives est essentiellement inductif : Dominique Desjeux se réfère à la méthode de la « théorie ancrée » de Glaser et Strauss (2010).

Pour illustrer son propos, il nous a montré une vidéo recueillie sur le terrain, lors d’une étude en Chine sur les shampooings et les produits nettoyants: nous voyons un foyer investi par trois chercheurs qui filment en même temps, l’un est en train de poser les questions portant sur des flacons disposés sur la table face à la maîtresse de maison. Cette interviewer est une chinoise formée à Paris 5, dans le cadre du doctorat professionnel de la Sorbonne. Aujourd’hui, elle fait partie du réseau professionnel de Monsieur Desjeux, qui propose ces études de marché « ethnographiques » à ses clients, en sollicitant ses anciens étudiants pour les mener.

Les chercheurs formés par le doctorat professionnel sont-ils des chercheurs universitaires ?

Si la scientificité des études présentées est rarement mise en cause par les jurys de thèse, D. Desjeux explique que les étudiants de ce doctorat ne font pas le même usage de la littérature scientifique que les autres filières dites plus « classiques ». Les partenaires demandent d’ailleurs les résultats les plus opérationnels possibles. Il affirme cependant pousser ses étudiants à lire la littérature des sciences sociales.

Quel intérêt intellectuel présente le métier de chercheur en entreprise pour les anthropologues de formation ?

D. Desjeux justifie l’intérêt de son travail de chercheur en entreprise par la masse énorme d’informations à laquelle il accède par ses travaux de terrain « à la demande ». Il est par exemple devenu très familier de la vie domestique en Chine. C’est pour lui une grande satisfaction intellectuelle que d’être en contact proche avec cette autre culture.

La multiplicité des terrains et des problématiques abordées semblent également constituer un important facteur de satisfaction pour le chercheur en entreprise, bien que la brièveté des terrains et l’objectif relativement dirigé du donneur d’ordre ne permettent que très rarement d’approfondir. La curiosité du jeune chargé d’études en « attitudes et usages » sera nourrie d’expériences diverses. Il apprendra ainsi le métier, enrichissant sa connaissance du monde de la consommation, en France comme à l’international.

Le chercheur peut également, comme Dominique Desjeux, garder un pied à l’université : les données recueillies lors de ces enquêtes commandées peuvent devenir la base des recherches académiques plus approfondies. Il a ainsi co-écrit l’ouvrage « Quand les Français déménagent. Circulation des objets et rituels de mobilité dans la vie quotidienne en France » publié au PUF en 1998.

Conclusion : de l’importance du réseau professionnel dans le passage « à l’entreprise »

Dominique Desjeux dévoile un aspect critique du passage de l’université au marché de l’emploi en insistant sur l’importance des réseaux, notamment ceux des grandes écoles, mais également celui constitué par les anciens élèves du doctorat professionnel. Sans carnet d’adresse, il paraît difficile d’obtenir un poste en institut ou de lancer sa propre activité. Sans minimiser ce facteur, il ne faut cependant pas oublier que de nombreux universitaires travaillent déjà dans ces filières : de nombreux directeurs de recherches en instituts privés reconnaissent la valeur d’un doctorat. Les critères portent alors plus sur la qualité d’écriture des candidats ainsi que sur leur motivation à s’adapter et à accepter les règles d’un jeu bien différent de celui de la recherche académique. Un jeu dans lequel rythme et pression sont beaucoup plus soutenus et qui sacrifie peut-être au passage l’intérêt intellectuel aux exigences de la rentabilité.

 

Séance 9 – mercredi 13 juin, de 10h à 12h : bilan

La prochaine et dernière séance de l’année se déroulera le mercredi 13 juin, de 10h à 12h, en salle 304 de la Maison d’Archéologie et d’ethnologie René-Ginouvès (Univ. Paris Ouest).

Il s’agira de faire un bilan de notre Atelier de recherche expérimental. Pour cela, nous invitons tous les participants à relire les notes prises lors des différentes séances et en particulier la séance du premier atelier (http://arede.hypotheses.org/84) dans laquelle nous avions précisé les objectifs de l’Atelier.

Cela nous permettra de déterminer quelle suite nous voulons y donner.

 

Anne-Gaël Bilhaut

Anthropologue indépendante (AnthropoLab), associée au Centre Erea du Lesc (France), au Laboratoire d'anthropologie sociale et culturelle de l'Institut de sciences humaines et sociales de l'Université de Liège (Belgique), et à l'Institut français d'études andines (Pérou) https://independent.academia.edu/AnneGaelBilhaut

More Posts - Website

De l’importance de la formation théorique – par Ludivine Egounleti

Ludivine Egounleti (Master 2, Ethnologie générale, Université Paris Ouest)

De l’importance de la formation théoriquepour l’ethnologue dans l’entreprise

Synthèse de la séance 3 sur “Itinéraire d’un anthropologue devenu dirigeant d’entreprise” avec Nicolas Flamant, DRH chez Spie Batignolles.

Quelle est l’importance de la formation rigoureuse, théorique et méthodologique en anthropologie pour le monde de l’entreprise ? Nicolas Flamant, anthropologue et directeur des ressources humaines chez Spie Batignolles, nous a présenté son parcours et ses réflexions sur l’ethnologie dans l’entreprise

Trouver sa place 

La construction de l’objet se fait à partir de deux questionnements : qu’est-ce qu’est fondamentalement une entreprise, et comment situer les sciences sociales dans ce milieu ? L’espace de l’analyse de l’entreprise est déjà saturé notamment par les sociologies du travail, visant à la création de sens, et le management, pour apporter du sens. L’anthropologie doit pouvoir aboutir à un double positionnement, à la fois académique et entrepreneurial. Elle doit également pouvoir se situer par rapport aux autres disciplines, telles que la sociologie, l’économie ou le marketing. En cela, elle devrait développer une méthodologie propre au monde de l’entreprise, en partant des fondamentaux de la discipline.

Méthodologie : grille de lecture & décentrement

La méthodologie de l’anthropologie en entreprise peut se démarquer et se révéler à travers la grille de lecture utilisée pour observer les faits. Par « grille de lecture », on entend un équipement méthodologique solide, qui aidera dans la confrontation avec d’autres milieux.

Par exemple, pour travailler avec ou sur les entreprises, il est intéressant d’avoir recours à d’autres mécanismes méthodologiques que ceux de l’économie. C’est ce qu’il fait dans son travail de thèse : :lors de son terrain en Inde, il s’aperçoit qu’une des clés pour interpréter l’ensemble du fonctionnement de la filière qu’il observe est la parenté, qu’il appliquera en grille de lecture sur  l’actionnariat familial, la codification juridique, la religion musulmane.

Cette structure de pensée et l’ancrage méthodologique à travers lesquels il analyse les faits, lui permettent de se décentrer des situations observées, tout en gardant une structure de pensée basée sur des fondamentaux.

Le regard de l’anthropologue

La force de l’anthropologie résiderait dans une acuité plus profonde de tous les phénomènes permanents, qui échappent à la logique immédiate. Pour le conférencier, il est important de « requestionner les termes du débat et d’être plus rigoureux sur ce qui va de soi ». L’expérience de terrain, dans son aspect « exotique », permet de prendre du recul, se distancier de son objet pour pouvoir appréhender des situations nouvelles.

Au sein des réseaux humains et interactions

L’anthropologie doit parvenir à un double positionnement, entre la recherche scientifique et le mode entrepreneurial, car le chercheur se situe à la fois au sein des relations humaines propres à son terrain, et doit aussi être dans une optique de travail pluridisciplinaire, aussi bien dans l’entreprise que dans le dialogue avec les autres disciplines. En effet, il s’agit de construire son objet en se distinguant des autres disciplines, tout en étant apte à le rendre accessible par la suite aux acteurs du monde professionnel.

L’anthropologie donne la possibilité d’être beaucoup dans l’observation rapprochée, de comprendre comment s’inscrivent les choses dans un ordre général. C’est pour cela qu’il est nécessaire d’avoir un équipement intellectuel, une structure de pensée. Il faut savoir se laisser prendre dans des situations, et accepter de s’y perdre, car le fait d’avoir un solide équipement intellectuel sert alors de corde de rappel.

Le chercheur en anthropologie doit être capable de comprendre le langage et le comportement des acteurs qu’il observe, puis de leur restituer ces analyses en des termes plus pragmatiques.

Garder la bonne distance

La difficulté du travail dans l’entreprise est d’arriver à se distancier, retrouver une « position d’altérité » pour pouvoir proposer une lecture différente, tout en établissant une observation rapprochée des acteurs. Il est important donc, pour le chercheur en anthropologie, de définir au préalable avec l’entreprise les objectifs de la recherche, sans que celle-ci ne prenne entièrement la main sur le projet – comme il arrive souvent.

Pour le chercheur, une enquête ouverte, à laquelle seraient intégrés la négociation d’entrée dans l’entreprise puis le processus d’intégration, semble préférable

Les CIFRE (Convention industrielle de formation par la recherche), contrat dont a bénéficié Nicolas Flamant dans le cadre de la préparation de sa thèse, doivent porter sur un projet clair, incluant en amont un travail fondamental de compréhension des avantages du travail de recherche pour l’entreprise.

Objectifs de la recherche anthropologique pour l’entreprise

Le fondement du travail de l’anthropologue est de parvenir à comprendre ce qui permet à un système de fonctionner. L’entreprise recherche l’efficacité, la performance et les met en scène. La finalité économique est importante, cependant l’ethnologue dépasse la raison économique pour questionner l’évidence et y apporter d’autres dimensions, sociales, politiques, culturelles, symboliques. A partir de là, il s’interroge : comment est-ce que les acteurs lisent et perçoivent les situations dans lesquelles ils sont ? Les perceptions orientent les formes de socialisation et les actions dans l’entreprise. L’intérêt pour l’anthropologue est de réussir à entrer dans ce système qui lui pré-existe, et d’en proposer une lecture différente.

Conclusion

Cette intervention met en lumière l’intérêt d’une formation théorique et méthodologique rigoureuse chez le chercheur en anthropologie. Cet ancrage permet au chercheur en anthropologie de se décentrer de toutes les situations et expériences de terrain, et ainsi d’apporter un regard sur les faits que n’auront pas particulièrement les autres disciplines et acteurs de l’entreprise. Tout en préservant les fondamentaux de la discipline, il faut pousser de nouveaux champs et aller voir ce qu’il se passe dans les autres disciplines et dans le domaine économique. Par ailleurs, il faut un ancrage solide pour pouvoir également porter le débat à l’extérieur. Cette base intellectuelle et méthodologique de l’ethnologie devrait s’ouvrir à la professionnalisation et être transcrite en termes de compétences. Il est alors aussi conseillé de développer celles du pilotage de projet, comme l’animation et la coordination d’actions projet. Le parcours de Nicolas Flamant montre à quel point l’ancrage théorique que lui a apporté l’anthropologie, lui a permis également de s’adapter à des terrains divers et de se confronter à des attentes très différents.

Anne-Gaël Bilhaut

Anthropologue indépendante (AnthropoLab), associée au Centre Erea du Lesc (France), au Laboratoire d'anthropologie sociale et culturelle de l'Institut de sciences humaines et sociales de l'Université de Liège (Belgique), et à l'Institut français d'études andines (Pérou) https://independent.academia.edu/AnneGaelBilhaut

More Posts - Website

Quand l’entreprise adopte les méthodes ethnologiques, par Amélie Aubert

Lundi 23 janvier 2011, l’atelier « l’ethnologue dans l’entreprise » du LESC a accueilli Michel Rogeaux, expert pour l’équipe du laboratoire « Sensory & Behavior Science » de Danone Research. L’intervention s’est déroulée en deux temps. Michel Rogeaux nous a d’abord présenté le groupe Danone puis l’équipe de recherche.

 

Danone, entre la recherche et l’adaptation locale

Pour Danone, l’alimentation est le principal vecteur permettant aux individus de construire et de préserver leur capital-santé. Le groupe se concentre sur quatre types de produits : l’eau, les produits laitiers frais, la nutrition infantile et la nutrition médicale. Il se positionne du côté de la prévention : formation et préservation du capital-santé puis le « bien-vieillir ». Ses trois principes sont la crédibilité, la pertinence et l’efficacité, et cela sur le long terme. Danone cherche à la fois à avoir une vision globale du capital-santé humain (gérée par le centre de Palaiseau en France) et à partir des pratiques, goûts et besoins locaux pour développer des produits de qualité supérieure répondant aux attentes des différents consommateurs et ce dans une logique de responsabilité environnementale.

 

De formation ingénieur agronome, Michel Rogeaux est aujourd’hui l’expert-méthode de l’équipe de recherche « Sensory & Behavior Science ». Il est chargé de développer de nouvelles méthodes et intervient dans différents projets mis en place par les membres de l’équipe. Ces derniers se divisent en groupes selon les marques des produits Danone. Ces équipes ont comme objectif la compréhension du consommateur (comportement, besoins) pour concevoir des produits qui répondent au mieux à ses attentes.

 

Quelles méthodes pour quels types de résultats?

Depuis cinq ou six ans, Michel Rogeaux affirme que la R&D de Danone démontre une réelle sensibilité à l’ethnologie. Le recours aux méthodes de la discipline permet une approche et des résultats complémentaires de ceux du marketing. Pour Danone Research, les besoins des consommateurs ne s’expriment pas complètement dans les discours formalisés des individus, d’où la nécessité, pour capter les pratiques, d’avoir recours à des méthodes à la fois « indirectes et avec plus de fond ».Une des techniques utilisées est celle de la vidéo: collecte de données par l’intermédiaire d’une « subcam » (on laisse une caméra dans un foyer pendant une semaine), analyse des matériaux et débriefing avec les individus deux semaines après. Danone propose également aux individus de prendre des photos de leurs pratiques alimentaires quotidiennes ou de réaliser des carnets intimes ; on fait alors de « l’auto-ethnographie ». Pour Michel Rogeaux, ces méthodes d’inspiration ethnologique permettent un échange avec le consommateur et l’incite à une réflexion sur ses propres pratiques.L’équipe met également en place des études qu’elle appelle cette fois « sociologie ». L’objectif est alors de mieux comprendre les représentations et les styles de vie des consommateurs. On cherche une connaissance de fond sur le contexte pour nourrir un projet de produit. Michel Rogeaux citetrois exemples : une étude sur les populations précaires au Mexique faite par une sociologue locale, une autre en Algérie et enfin une étude sur la gestion de l’alimentation en situation de précarité en France.

 

Différences de méthodes de travail…

Il est intéressant de noter l’écart entre le monde de l’entreprise et celui des sciences sociales concernant la définition des disciplines ethnologiques et sociologiques. Les ethnologues présents dans la salle ont déclaré se sentir davantage concernés par ce que Danone appelle « sociologie ». Selon eux, l’ethnologie présentée ici se rapprocherait davantage d’un « ethnomarketing » plutôt que d’une ethnographie. Alors que durant la première séance, nous nous demandions ce que l’ethnologie pouvait apporter à l’entreprise, nous observons par ce cas concret  que l’ethnologie apparaît avant tout aux yeux des non-spécialistes comme une méthode pour collecter des informations. Encore que, comme cela a été soulevé, « vous êtes en avance, nous n’avons pas encore en ethnologie ces méthodes de subcam ! ». L’ethnologie ne s’arrêtant pas à la simple collecte de données, ne serait-il pas davantage aux ethnologues d’expliciter aux entreprises les méthodes et les enjeux de leur discipline afin d’évoluer vers une conception moins réductrice de l’anthropologie ?

Anthropologie et innovation : traduire, négocier, partager – par Marianne Billau

Marianne Billau (Master 2, Ethnologie, Université paris Ouest) : « Anthropologie et innovation: traduire, négocier, partager »

Synthèse de la séance 2 sur « La cuisine de la recherche anthropologique en industrie: matérialisation de concepts et liquidité ethnographique » avec Olivier Wathelet.

Quels rapports au temps et aux partenaires pour le chercheur engagé dans un projet d’anthropologie appliquée ? En quoi différent-ils de ceux instaurés dans le cadre d’une recherche fondamentale ? Olivier Wathelet, chef de projet innovation –anthropologue au département recherche Kitchen Electrics de SAS Seb, évoque son parcours et ses missions pour répondre à ces questions.

S’intégrer et apprendre

Engagé au sein d’une cellule innovation, il montre comment un anthropologue peut valoriser ses compétences au sein d’un groupe de travail pluridisciplinaire et ainsi devenir lui-même acteur de l’innovation. En retour, ce travail pluridisciplinaire enrichit l’approche ethnographique en induisant une forme de réflexivité dans la production des savoirs, l’anthropologue travaillant ses données dans une direction différente. L’intégration de l’anthropologue à la cellule innovation implique à la fois un changement de posture de celui-ci, qui inscrit sa démarche au sein d’une logique de projet, et une rupture dans les pratiques du groupe avec la définition d’une nouvelle fonction au sein de l’entreprise.

Négocier les attentes de chaque partie

Les attentes de l’entreprise se précisent grâce à une dynamique d’échanges et de partage des savoirs entre les différents acteurs. Seul anthropologue chez Seb, Olivier Wathelet est entouré de collègues pour la plupart ingénieurs spécialistes des matériaux, issus de l’industrie métallurgique ou de l’agro-alimentaire. Avant d’être recruté, l’anthropologue a dû convaincre de la pertinence de l’approche ethnographique dans un processus d’innovation. Les matériaux ethnographiques font sens dès lors que le travail d’enquête se double d’un travail de reprise des données permettant d’identifier les problématiques pertinentes (techniques) pour les acteurs.

Apporter un regard nouveau

Leader mondial du petit électroménager, le groupe Seb mise beaucoup sur l’innovation avec environ 200 nouveaux produits mis sur le marché chaque année La conception de ceux destinés à être exportés se fait en France. Selon l’anthropologue, l’entreprise gagnerait à communiquer sur son identité de groupe avec ses revendeurs, ce qui garantirait une meilleure compréhension de l’environnement auquel elle destine ses nouveaux produits.

Agir comme médiateur du savoir entre l’équipe technique et l’utilisateur

Le processus d’innovation ne suit pas un déroulement linéaire mais se caractérise au contraire par une temporalité spécifique, faite d’aller-retour entre les phases d’exploration, d’élaboration du prototype, et de validation ou résolution de problèmes techniques. Les innovations proposées ne se résument pas à l’addition d’une nouvelle fonction sur un ancien appareil. Elles constituent une rupture et nécessitent l’élaboration d’un prototype fonctionnel, qui s’insère dans une temporalité qui dépasse le temps de manipulation par l’utilisateur. L’équipe technique est là pour réaliser un arbitrage à partir des différentes situations de tensions ou points de stress identifiés.

Intégré au sein de l’équipe technique, l’anthropologue intervient pour analyser l’impact des prototypes sur les pratiques des utilisateurs. Le choix d’une méthode et d’outils d’analyse s’avère stratégique dans la démonstration d’un savoir différent et opérationnel de l’ethnologue.

Approche phénoménologique de l’utilisation des produits

Pour définir les contours de son travail au sein du groupe, l’anthropologue doit utiliser des méthodes d’analyses expérimentales toujours plus affinées et complémentaires de celles de ses collaborateurs. La comparaison fine de l’approche anthropologique avec celle des designers d’interaction permet à Olivier Wathelet de préciser les contours de son activité : tandis que la démarche des designers d’interaction suit une logique objectivante, visant à expliciter des normes, s’efforçant de converger vers une « solution produit », la démarche anthropologique se veut plus phénoménologique, s’attachant à comprendre les activités à la première personne, à donner aux informateurs toute leur place, tout en prenant en compte l’artificialité de la situation d’enquête.

Le décentrement exigé par la démarche anthropologique, apporte au processus d’innovation une dimension réflexive, qui permet à chacun des acteurs d’en comprendre les tenants et les aboutissants de manière plus explicite. De façon pragmatique, en tant que chef de projet, l’anthropologue est amené à assurer un travail en équipe plus efficace, sur la base d’un partage des savoirs et d’une compréhension commune.

 

Valorisation à chaque étape du projet versus valorisation du produit final

La temporalité liée au processus d’innovation impose des contraintes dans la formulation et la restitution des données. L’anthropologue se trouve confronté à la nécessité de « dégager les savoirs ethnographiques du contexte de leur commande originelle pour rencontrer des problématiques distinctes dans le temps ».

De plus, le savoir ethnographique produit dans un contexte non-académique nécessite sinon une traduction, du moins une mise en forme autre que celle, finale, d’un article ou d’un rapport. Le caractère mouvant du processus de construction de l’innovation impose à l’anthropologue des contraintes temporelles différentes de celles de la rédaction d’un article : au lieu de présenter le produit fini de son analyse, il se doit d’en rendre les étapes intermédiaires « présentables » et de soigner les « livrables ».

 

L’espace de collaboration et la boîte à outils commune

La salle projet constitue au sein du groupe un lieu d’échange, de présentation et de réappropriation des données : elle permet de partager une compréhension, de la stabiliser dans le temps, de rendre présente une situation d’origine pendant tout le déroulé du processus d’innovation.

Le partage des savoirs nécessite la constitution d’une boîte à outils commune, appropriable par tous, permettant de segmenter une activité et de canaliser les dynamiques d’innovation. Cette boîte à outils est constituée de manière collaborative.

La recherche innovation utilise un outil : la persona. Il s’agit de la construction d’un idéal type à partir de différents attributs, de verbatim, qui permet d’un définir un individu. Les persona ne représentent en aucun cas des segments de marché. Ces usagers type permettent d’identifier des indicateurs caractérisant une activité dans une perspective la plus narrative possible. A la fois outil de narration et de compréhension, les persona constituent un outil puissant car compris et réapproprié par tous. Ils ont vocation à être enrichis progressivement avec des détails au cours du processus de construction de l’innovation.

Cette logique d’attribution de caractéristiques constitue l’une des limites du recours aux persona, car s’il donne une dimension performative aux données ethnographiques et aux altérités, il n’en risque pas moins de proposer une image figée des pratiques liées à une catégorie donnée d’utilisateurs.

Conclusion

Cette intervention met en lumière la nécessité pour l’anthropologue de mettre en avant son expertise, élaborée sur la base d’un corpus théorique et méthodologique qu’il est en mesure d’adapter et de traduire pour un éventail assez large de collaborateurs. La spécificité de l’approche anthropologique semble résider dans son adaptabilité et sa capacité à rendre intelligible un processus aux différents acteurs qui en font partie. Le parcours d’Olivier Wathelet, rattaché au monde académique et à la recherche fondamentale en parallèle de sa fonction de chef de projet, montre que le travail des données ethnographiques peut être orienté dans des perspectives radicalement différentes selon que ce travail vient nourrir l’élaboration d’hypothèses théoriques, ou s’inscrire dans un travail d’équipe orienté vers la production d’un produit.

 

 

 

 

monica

MCF Département d'ethnologie, préhistoire et ethnomusicologie Université Paris Ouest Nanterre La Défense En délégation IUF

More Posts - Website

Séance 1- Jeudi 20 octobre 2011

Anne-Gaël BILHAUT, Marie-Cécile GIRARD, Monica HEINTZ

Ouverture, objectifs, introduction

Beaucoup d’entreprises ont du mal à imaginer ce que peuvent leur apporter les jeunes diplômés de SSH, et en particulier les ethnologues. D’ailleurs, quand ils entendent parler d’approche ethnographique, celle-ci est le plus souvent proposée par des sociologues, des politologues, des économistes, des urbanistes… Si les uns et les autres parviennent à valoriser cette approche auprès des entreprises, pourquoi la méthode ethnologique ne fait-elle pas recette chez les ethnologues eux-mêmes lorsqu’ils recherchent un emploi ? Et que pouvons-nous faire pour y remédier ?

Longtemps l’anthropologie appliquée n’a pas eu bonne presse au sein même des universités et dans les laboratoires de recherche. Désormais ils ont une mission d’insertion professionnelle des diplômés et des docteurs.  Mais pour quel emploi ? Quelles missions ? Dans quel type d’organisations ?

C’est d’autant plus difficile d’y répondre que souvent l’entreprise ne sait pas ce qu’est/ce que fait/ce que peut faire un ethnologue ; et l’ethnologue sait assez peu ce qu’est une entreprise. Comment s’y présenter ? Ethnologue ? Anthropologue ? Chargé d’études qualitatives ? Avec une spécialité ?

L’objectif de cet atelier, qui fonctionne comme un groupe de travail, donc qui s’appuie sur la participation active de ses membres, est d’essayer, à terme, de délimiter le champ des activités professionnelles des ethnologues qui travaillent dans l’entreprise – et pas seulement sur l’entreprise.

Cela pose plusieurs questions :

  • Quelle ethnographie développer dans l’entreprise ? Les contraintes sont-elles les mêmes ? En quoi se distinguent-elles ? Sont-elles négociables ?
  • Qu’est-ce qu’apporte l’ethnologue à l’entreprise (ou l’organisation qui l’emploie, plus globalement) ?
  • En quoi l’ethnologie est-elle une approche spécifique pour l’entreprise ?
  • Que peut proposer un ethnologue à une entreprise ? Comment l’ethnologue peut-il se présenter ?
  • Qu’est-ce qui manque à l’ethnologue pour « satisfaire » les besoins de recrutement d’une organisation ? Ces manques peuvent-ils être palliés par des formations ?

Un appel est lancé pour compléter la bibliographie thématique (notamment autour des collaborative anthropologies, business anthropology) et devenir contributeur du carnet de l’Atelier.

 La discussion s’est ouverte autour des thèmes suivants :

– La professionnalisation. Le « nouveau chapitre de la thèse » (le NCT®), un programme de l’Association Bernard Grégory, a pour objectif la valorisation des compétences des docteurs, en particulier pour se présenter devant les entreprises. Pour l’un des participants (CM), les ethnologues comprennent ce que perçoit l’autre.

– Le titre. A partir de quel niveau d’étude est-on anthropologue ? (Bac + 5, BAC + 8 ) ? Peut-on parler d’un « titre » pour les anthropologues ? Débat à suivre avec l’AFEA !

– Quels métiers pour les anthropologues en entreprise ? Chef de projet, chargé d’étude qualitatives, chercheur, etc.: quelle étiquette pour quelle identification ?

– Différences de langages et de méthodes de travail avec les entreprises : traduction des concepts ? adaptation ? compromis ? Le rapport au terrain est-il différent ? (ex.: faut-il faire des recommandations à la fin d’une recherche)

– Comprendre l’entreprise et « l’expliquer à elle-même » = un engagement social ? L’anthropologie peut-elle apporter la meilleure réponse à certains besoins ?

– Quel type de contrat/ethnographie pour quel type d’entreprise ? La taille de l’entreprise ou la dimension des problèmes a résoudre appellent différentes formes: CDD, CDI, consultance.

– Les domaines de recrutement des anthropologues : ceux qui le sont déjà et ceux qui s’ignorent.

– L’acceptation dans le métier : l’ethnologue en entreprise est-il un professionnel ou un hors statut ? 

Deux propositions (à suivre) :

  1. En s’appuyant sur les volets DD/RSE des rapports d’activité des entreprises, nous pourrions construire durant l’atelier une “offre” à leur présenter. Il pourrait s’agir, par exemple, de proposer une étude sur l’impact des activités où l’organisation est implantée.
  2. Pour continuer ces réflexions, nous allons essayer d’organiser une séance où interviendront des responsables RH ou des responsables de la stratégie, afin de mieux saisir les domaines dans lesquels les ethnologues peuvent intervenir et ceux dans lesquels ils doivent mieux se former.

 

NOTE: La bibliographie et le programme sont complétés au fur et à mesure des réunions du groupe de travail, ouvert à tous, et à toutes les suggestions d’amélioration.

monica

MCF Département d'ethnologie, préhistoire et ethnomusicologie Université Paris Ouest Nanterre La Défense En délégation IUF

More Posts - Website