L’atelier « L’ethnologue dans l’entreprise » se déplace au Comptoir des presses

A l’occasion de la parution du 4e hors série « A quoi servent les sciences humaines » de la revue Tracés, le Comptoir des presses convie « l’Atelier L’ethnologue dans l’entreprise » à participer à ses entretiens, le mardi 18 décembre, à 19h.

 

À quoi servent les sciences humaines :

Les ethnologues et les entreprises

Mardi 18 décembre 2012 à 19h

Le Comptoir des Presses
86, rue Claude Bernard • 75005 Paris

En présence de:

• Anne-Gaël Bilhaut, ethnologue, postdoctorante au Lasc (Université de Liège), co-initiatrice de l’atelier l’Ethnologue dans l’entreprise

• Edouard Gardella, doctorant à l’Institut des sciences sociales du politique (ISP, Cachan), ATER à l’université de Poitiers, coordinateur du volume

Marie-Cécile Girard, ethnologue, responsable du développement de la formation continue – Université Paris Ouest et co-initiatrice de l’atelier l’Ethnologue dans l’entreprise

Véronique Pardo, anthropologue, coordinatrice de recherches, CNIEL- (Centre National Interprofessionnel de l’Économie Laitière) OCHA (Observatoire CNIEL des Habitudes Alimentaires)

Voilà le quatrième opus que la revue de sciences humaines Tracés (éditée par l’ENS de Lyon) consacre au thème : À quoi servent les sciences humaines. Le volume clôt l’exploration effectuée au fil des numéros antérieurs sur les différents usages des sciences humaines. Ces derniers ont systématiquement été présentés au moyen de récits rapportés par un binôme composé d’un spécialiste des sciences humaines et d’un « utilisateur ». Les témoignages montrent la complexité de l’exercice pris entre engagement et distanciation, implication et confusion des genres, et l’impact en retour sur les disciplines en sciences humaines.

L’entrée est libre.

Informez vous sur les prochains événements du Comptoir des presses en rejoignant le groupe Facebook du Comptoir des presses (pour n’en rater aucun !)

Anne-Gaël Bilhaut

Anthropologue indépendante (AnthropoLab), associée au Centre Erea du Lesc (France), au Laboratoire d'anthropologie sociale et culturelle de l'Institut de sciences humaines et sociales de l'Université de Liège (Belgique), et à l'Institut français d'études andines (Pérou) https://independent.academia.edu/AnneGaelBilhaut

More Posts - Website

Séance 9 – mercredi 13 juin, de 10h à 12h : bilan

La prochaine et dernière séance de l’année se déroulera le mercredi 13 juin, de 10h à 12h, en salle 304 de la Maison d’Archéologie et d’ethnologie René-Ginouvès (Univ. Paris Ouest).

Il s’agira de faire un bilan de notre Atelier de recherche expérimental. Pour cela, nous invitons tous les participants à relire les notes prises lors des différentes séances et en particulier la séance du premier atelier (http://arede.hypotheses.org/84) dans laquelle nous avions précisé les objectifs de l’Atelier.

Cela nous permettra de déterminer quelle suite nous voulons y donner.

 

Anne-Gaël Bilhaut

Anthropologue indépendante (AnthropoLab), associée au Centre Erea du Lesc (France), au Laboratoire d'anthropologie sociale et culturelle de l'Institut de sciences humaines et sociales de l'Université de Liège (Belgique), et à l'Institut français d'études andines (Pérou) https://independent.academia.edu/AnneGaelBilhaut

More Posts - Website

Séance 8 – jeudi 10 mai 2012

Lucienne Carpot,  consultante Senior AMOA & Architecte métier, Arsiamons :

Un regard anthropologique sur le système d’information : Retours d’expérience sur l’analyse des processus métiers en entreprise
L’objectif est d’évoquer mon expérience de l’entreprise au travers de l’activité de description des processus métiers. 
L’analyse se base sur :
– les discours que les uns et les autres ont de leurs métiers,
– les outils informatiques mis à leur disposition,
– leurs interactions les uns avec les autres.
En premier lieu, le regard de l’anthropologue se porte sur les hommes et leurs métiers mais l’enjeu est bien de rationaliser le système d’information.

 

 

 

Anne-Gaël Bilhaut

Anthropologue indépendante (AnthropoLab), associée au Centre Erea du Lesc (France), au Laboratoire d'anthropologie sociale et culturelle de l'Institut de sciences humaines et sociales de l'Université de Liège (Belgique), et à l'Institut français d'études andines (Pérou) https://independent.academia.edu/AnneGaelBilhaut

More Posts - Website

Séance 7 – jeudi 12 avril 2012

Dominique Desjeux. Professeur  d’anthropologie sociale et culturelle, Université René Descartes

Un anthropologue marginal sécant entre université et entreprise.Ou comment des terrains à la demande enrichissent la recherche et aident les départements R&D des entreprises à être plus efficaces

Dominique Desjeux réalise depuis 40 ans des enquêtes de terrain en France, en Afrique, en Chine, au Brésil et aux Etats Unis. Les demandes d’enquêtes sous contrat viennent du public, du privé ou des ONG. Elles portent sur les processus d’innovation et de décision dans les organisations et la vie quotidienne. Les techniques de recueil de l’information viennent de la sociologie et de l’anthropologie : interviews, observation, films et photos, animation de groupe, questionnaire par Internet, etc.

A l’occasion de cette séance, il présentera des exemples d’enquête en Chine et ailleurs ainsi que les quatre méthodes de base qu’il mobilise en fonction des terrains : les échelles d’observation, les itinéraires, les cycles de vie et l’approche système.

Il évoquera ce qui peut être problématique entre les contraintes universitaires et les contraintes d’entreprise, et comment monter des contrats.

Anne-Gaël Bilhaut

Anthropologue indépendante (AnthropoLab), associée au Centre Erea du Lesc (France), au Laboratoire d'anthropologie sociale et culturelle de l'Institut de sciences humaines et sociales de l'Université de Liège (Belgique), et à l'Institut français d'études andines (Pérou) https://independent.academia.edu/AnneGaelBilhaut

More Posts - Website

Séance 6 – Jeudi 22 mars 2012

La prochaine séance de l’atelier « L’ethnologue dans l’entreprise » se déroulera le jeudi 22 mars, de 9h à 12h, au Lesc, en salle 304 (Maison de l’archéologie et de l’ethnologie René Ginouves) à Nanterre.

Nous y accueillerons Mathilde Ray, Chef de Projet, Fonds Axa pour la Recherche, et Marie-Laure Cuisance, doctorante en ethnologie, LESC, en contrat Cifre avec Axa :

Entre les lignes de l’organisation, mise en place et réalisation d’un projet ethnographique en entreprise

Nous proposons pour cette séance de revenir, à deux voix, sur les conditions d’accès à l’entreprise Axa comme terrain d’enquête, de la négociation du contrat Cifre à l’écriture de la thèse sur la relation assureur-assurés.
Nous présenterons tout d’abord la position du groupe Axa en matière de financement de la recherche et le travail quotidien de l’équipe du Fonds Axa pour concilier la politique de l’entreprise et les spécificités de la recherche.
Puis nous verrons comment, en marge de cet imposant dispositif, la signature d’un contrat Cifre a été négociée avec la Direction du Service Client d’Axa France pour financer le projet de thèse et permettre l’accès au terrain.
Nous nous attarderons ensuite sur les étapes de l’enquête ethnographique au coeur de la « fabrique » de la relation client d’Axa France, alors en pleine mutation.
L’analyse de ce parcours ethnographique permettra de questionner la façon dont l’ethnologue trouve sa place dans les interstices d’une réorganisation et le rôle qu’il peut jouer dans le processus de transformation d’une entreprise.

Séance 5 – jeudi 16 février 2012

Luc Chelly (Entreprendre et Comprendre) & Nicolas Prévôt (Université Paris Ouest), et Isabelle Lescanne (directeur général, Nutriset) & Cécile Vasseur (chargée de mission, Nutriset) :

« Échanges entre ethnologues et entreprises sur les apports de la discipline et les compétences attendues »

Anne-Gaël Bilhaut

Anthropologue indépendante (AnthropoLab), associée au Centre Erea du Lesc (France), au Laboratoire d'anthropologie sociale et culturelle de l'Institut de sciences humaines et sociales de l'Université de Liège (Belgique), et à l'Institut français d'études andines (Pérou) https://independent.academia.edu/AnneGaelBilhaut

More Posts - Website

Séance 4 – lundi 23 janvier 2012

Michel Rogeaux, Expert Equipe, Sensory & Consumer Science, Danone Research.

“Introduction de la sociologie et des sciences humaines pour Danone”

 

  • Introduction Danone
  • Introduction process d’innovation
  • Mise en place de la sociologie et de l’ethnologie pour Danone : comment et pourquoi ?
  • Exemple de réalisations
  • Les challenges

 

 

Anne-Gaël Bilhaut

Anthropologue indépendante (AnthropoLab), associée au Centre Erea du Lesc (France), au Laboratoire d'anthropologie sociale et culturelle de l'Institut de sciences humaines et sociales de l'Université de Liège (Belgique), et à l'Institut français d'études andines (Pérou) https://independent.academia.edu/AnneGaelBilhaut

More Posts - Website

Séance 3 – Jeudi 15 décembre 2011

Nicolas Flamant, DRH Spie Batignolles :

« Itinéraire d’un anthropologue devenu dirigeant d’entreprise »

La synthèse est publiée !

Anne-Gaël Bilhaut

Anthropologue indépendante (AnthropoLab), associée au Centre Erea du Lesc (France), au Laboratoire d'anthropologie sociale et culturelle de l'Institut de sciences humaines et sociales de l'Université de Liège (Belgique), et à l'Institut français d'études andines (Pérou) https://independent.academia.edu/AnneGaelBilhaut

More Posts - Website

Séance 2 – mardi 15 novembre 2011

Olivier WATHELET. Chef de projet innovation – anthropologue au département recherche Kitchen Electrics de SAS Seb.

Les cuisines de la recherche anthropologique en industrie : matérialisation des concepts et liquidité ethnographique

Nous proposons dans cette intervention de discuter de certains aspects de la pratique du métier d’anthropologue dans le contexte industriel, en l’occurrence notre participation en tant que « chef de projet innovation – anthropologue » au sein de l’activité culinaire du groupe Seb. Pour présenter les enjeux de l’intégration et de la transformation d’une démarche anthropologique au sein d’une cellule d’innovation, nous prendrons appui sur deux axes d’analyses complémentaires.

Le premier concerne les modalités de matérialisation des savoirs tant aux stades de la production des connaissances que celui du partage de savoirs. Il s’agit, comme le propose Adam Drazin (2009), de penser le concept ethnographique comme le résultat de négociation impliquant un ensemble mouvant de matériaux mis à l’épreuve d’interactions avec un grand nombre d’acteurs aux intérêts hétérogènes.

Le second axe d’analyse interroge la possibilité de dégager les savoirs ethnographiques du contexte de leur commande originale pour rencontrer des problématiques distinctes et instables dans le temps. Cette « liquidité ethnographique » (Plowman, Prendergast & Roberts 2009) est un aspect déterminant de la rencontre entre anthropologie et démarche de conception. D’une part, la valeur opérationnelle des concepts et leurs portées dans une dynamique d’innovation dépend de la capacité de l’anthropologue à comprendre et infléchir la biographie culturelle des concepts/choses (Kopytoff 1986) au sein des collectifs constitués de manière ad hoc. D’autre part, le caractère extrêmement mouvant des processus de construction de l’innovation rend nécessaire un travail de reprise et de transformation des concepts ethnographiques au service de problématiques et d’acteurs eux-mêmes changeants.

Dans notre discussion, nous nous attacherons avant tout à montrer, à l’aide de notre propre expérience dont nous décrirons les principaux enjeux, comment une pratique de l’anthropologie est capable de s’inscrire positivement dans une dynamique d’innovation. Interroger les conditions de possibilité de cette rencontre revient également, comme nous tenterons de le faire, à souligner en quoi ces pratiques nouvelles auxquelles nous avons été confrontés (transformation du rapport au temps, aux informateurs, aux commanditaires et aux partenaires dans la production du savoir) constituent également des pistes potentielles pour enrichir l’exercice de l’anthropologie aujourd’hui.

Références :

Drazin, A. (dir.), 2009. « Anthropology, Design and Technology in Ireland  ». Numéro spécial de Anthropology in Action. Journal for Applied Anthropology in Policy and Practice, vol. 16, n° 1,

Kopytoff. I. 1986. « The Cultural Biography of Things: Commodization As Process » In Appadurai, A. (Ed.) The Social Life of Things, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 64-94.

Plowman, T.; Prendergast, D. & Roberts, S. 2009. « From people to prototypes and products: ethnographic liquidity and the Intel global Aging  Experience Study », Intel Technology Journal, 13, 3 : 20-39.

 

Anne-Gaël Bilhaut

Anthropologue indépendante (AnthropoLab), associée au Centre Erea du Lesc (France), au Laboratoire d'anthropologie sociale et culturelle de l'Institut de sciences humaines et sociales de l'Université de Liège (Belgique), et à l'Institut français d'études andines (Pérou) https://independent.academia.edu/AnneGaelBilhaut

More Posts - Website

Séance 1- Jeudi 20 octobre 2011

Anne-Gaël BILHAUT, Marie-Cécile GIRARD, Monica HEINTZ

Ouverture, objectifs, introduction

Beaucoup d’entreprises ont du mal à imaginer ce que peuvent leur apporter les jeunes diplômés de SSH, et en particulier les ethnologues. D’ailleurs, quand ils entendent parler d’approche ethnographique, celle-ci est le plus souvent proposée par des sociologues, des politologues, des économistes, des urbanistes… Si les uns et les autres parviennent à valoriser cette approche auprès des entreprises, pourquoi la méthode ethnologique ne fait-elle pas recette chez les ethnologues eux-mêmes lorsqu’ils recherchent un emploi ? Et que pouvons-nous faire pour y remédier ?

Longtemps l’anthropologie appliquée n’a pas eu bonne presse au sein même des universités et dans les laboratoires de recherche. Désormais ils ont une mission d’insertion professionnelle des diplômés et des docteurs.  Mais pour quel emploi ? Quelles missions ? Dans quel type d’organisations ?

C’est d’autant plus difficile d’y répondre que souvent l’entreprise ne sait pas ce qu’est/ce que fait/ce que peut faire un ethnologue ; et l’ethnologue sait assez peu ce qu’est une entreprise. Comment s’y présenter ? Ethnologue ? Anthropologue ? Chargé d’études qualitatives ? Avec une spécialité ?

L’objectif de cet atelier, qui fonctionne comme un groupe de travail, donc qui s’appuie sur la participation active de ses membres, est d’essayer, à terme, de délimiter le champ des activités professionnelles des ethnologues qui travaillent dans l’entreprise – et pas seulement sur l’entreprise.

Cela pose plusieurs questions :

  • Quelle ethnographie développer dans l’entreprise ? Les contraintes sont-elles les mêmes ? En quoi se distinguent-elles ? Sont-elles négociables ?
  • Qu’est-ce qu’apporte l’ethnologue à l’entreprise (ou l’organisation qui l’emploie, plus globalement) ?
  • En quoi l’ethnologie est-elle une approche spécifique pour l’entreprise ?
  • Que peut proposer un ethnologue à une entreprise ? Comment l’ethnologue peut-il se présenter ?
  • Qu’est-ce qui manque à l’ethnologue pour « satisfaire » les besoins de recrutement d’une organisation ? Ces manques peuvent-ils être palliés par des formations ?

Un appel est lancé pour compléter la bibliographie thématique (notamment autour des collaborative anthropologies, business anthropology) et devenir contributeur du carnet de l’Atelier.

 La discussion s’est ouverte autour des thèmes suivants :

– La professionnalisation. Le « nouveau chapitre de la thèse » (le NCT®), un programme de l’Association Bernard Grégory, a pour objectif la valorisation des compétences des docteurs, en particulier pour se présenter devant les entreprises. Pour l’un des participants (CM), les ethnologues comprennent ce que perçoit l’autre.

– Le titre. A partir de quel niveau d’étude est-on anthropologue ? (Bac + 5, BAC + 8 ) ? Peut-on parler d’un « titre » pour les anthropologues ? Débat à suivre avec l’AFEA !

– Quels métiers pour les anthropologues en entreprise ? Chef de projet, chargé d’étude qualitatives, chercheur, etc.: quelle étiquette pour quelle identification ?

– Différences de langages et de méthodes de travail avec les entreprises : traduction des concepts ? adaptation ? compromis ? Le rapport au terrain est-il différent ? (ex.: faut-il faire des recommandations à la fin d’une recherche)

– Comprendre l’entreprise et « l’expliquer à elle-même » = un engagement social ? L’anthropologie peut-elle apporter la meilleure réponse à certains besoins ?

– Quel type de contrat/ethnographie pour quel type d’entreprise ? La taille de l’entreprise ou la dimension des problèmes a résoudre appellent différentes formes: CDD, CDI, consultance.

– Les domaines de recrutement des anthropologues : ceux qui le sont déjà et ceux qui s’ignorent.

– L’acceptation dans le métier : l’ethnologue en entreprise est-il un professionnel ou un hors statut ? 

Deux propositions (à suivre) :

  1. En s’appuyant sur les volets DD/RSE des rapports d’activité des entreprises, nous pourrions construire durant l’atelier une “offre” à leur présenter. Il pourrait s’agir, par exemple, de proposer une étude sur l’impact des activités où l’organisation est implantée.
  2. Pour continuer ces réflexions, nous allons essayer d’organiser une séance où interviendront des responsables RH ou des responsables de la stratégie, afin de mieux saisir les domaines dans lesquels les ethnologues peuvent intervenir et ceux dans lesquels ils doivent mieux se former.

 

NOTE: La bibliographie et le programme sont complétés au fur et à mesure des réunions du groupe de travail, ouvert à tous, et à toutes les suggestions d’amélioration.

monica

MCF Département d'ethnologie, préhistoire et ethnomusicologie Université Paris Ouest Nanterre La Défense En délégation IUF

More Posts - Website