Jean-François Baré : un ethnologue précurseur dans le monde de l’anthropologie du développement

L’ouvrage collectif « Les applications de l’anthropologie : un essai de réflexion collective depuis la France » (1995), interroge la possibilité de l’application des connaissances anthropologiques. Dans le chapitre « En quoi peut bien consister une anthropologie appliquée au développement ? », Jean-François Baré s’intéresse plus précisément à l’application de l’anthropologie du développement.
Notre auteur fait partie des premiers anthropologues français à s’intéresser aux pratiques et politiques de l’aide au développement et à défendre la légitimité de cet objet d’étude dans le champ anthropologique des années 1990. Cette période correspond en effet à la création de l’Association euro-africaine pour l’anthropologie du changement social et du développement (APAD) et aux réformes de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD)[1]. Les deux organisations s’intéressent toutes deux, pour reprendre l’expression de Jean-Pierre Olivier de Sardan à « l’enchevêtrement des logiques sociales et à l’hétérogénéité des acteurs qui se confrontent autour des opérations de développement »[2]. Il s’agit donc de travaux portant sur les processus de transformation des sociétés, travaux chers à Jean-François Baré. Celui-ci a pu aborder ces problématiques de l’application de l’anthropologie aux questions des politiques publiques et de développement grâce à une approche pluridisciplinaire et anthropologico-historique fondamentale ainsi qu’à une méthodologie résolument ethnographique.

La date de publication de cet ouvrage est en réalité clef dans le monde du développement puisqu’elle signe l’avant-gardisme de notre auteur, se trouvant alors au milieu d’une bataille idéologique courante dans le monde de l’anthropologie de l’aide au développement. En effet, le courant post-moderne, mené entre autres par Arturo Escobar, bat alors son plein, refusant toute application du savoir anthropologique et donc toute collaboration avec des professionnels de l’aide ; ceux-ci empêcheraient distance critique et rigueur intellectuelle. De plus, une telle collaboration suggérerait l’acceptation tacite des normes et valeurs véhiculées par l’industrie de l’aide. Ainsi les « vrais » clients de l’anthropologie ne seraient plus les bénéficiaires de l’aide mais bien les institutions et par extension les bailleurs de fonds qui les emploient. Les défenseurs de cette anthropologie fondamentale (courant plus connu sous l’expression anglophone d’anthropology of developpement) préconisent une approche critique portant sur l’analyse et la déconstruction des discours de l’industrie de l’aide afin de montrer de quelle manière le développement et le tiers-monde ont été créés de toutes pièces et sont vecteurs de reproduction des valeurs occidentales et/ou capitalistes[3]. Ce courant s’était érigé face à une autre approche résolument appliquée (development anthropology). Celle-ci, bien que voulant mettre les bénéficiaires de l’aide au premier plan des projets[4] ne constituait en rien en une remise en question fondamentale des théories développementalistes et économistes de la modernisation des années 1940 mais simplement une amélioration dans la mise en œuvre des projets afin de mieux convertir les population à ceux-ci. Ce courant se traduit notamment sur le terrain par des enquêtes et analyses très rapides.
C’est dans ce contexte dichotomique qu’un point de vue intermédiaire s’est développé. On retrouve dans ce courant, notre auteur, mais aussi Jean-Pierre Olivier de Sardan, Katty Gardner & David Lewis, Laetitia Altani-Duault, Laurent Vidal, etc…

Voyons à présent de quelle manière nous pouvons montrer la position intermédiaire de Jean-François Baré, position alliant à la fois une certaine distance critique et l’engagement de l’anthropologue.
Autour de cette question houleuse de l’application de l’anthropologie du développement, l’auteur adopte une position double : oui, l’application est possible mais seulement vis-à-vis d’ensembles institutionnels. Une définition claire et circonscrite de l’objet d’étude est nécessaire à l’application. En effet, le développement est un processus et non un état, donc l’anthropologie du développement est en fait une anthropologie des développeurs, des systèmes de pensée et d’actions. Or, ces systèmes varient considérablement en fonction des aires régionales mais aussi de la « culture professionnelle » des développeurs. On n’étudiera pas de la même manière des institutions comme la Banque mondiale ou une ONG locale. D’où l’importance pour Jean-François Baré d’étudier les développeurs et les développés comme un ensemble. Comme nous l’avons évoqué plus haut, l’anthropologie du développement est une anthropologie historique, donc une anthropologie du changement social, de la transformation. C’est dans ce cadre institutionnel que le développement peut être défini comme phénomène circonscrit et donc comme objet d’étude applicable.

La relation d’application passe par la demande du commanditaire. L’anthropologue doit être présent pendant toute la durée de l’intervention tout en étant conscient des différentes casquettes qu’il revêt et des contraintes que cela entraîne, dépendamment des commanditaires. L’auteur cite l’exemple de travailler dans un cadre administratif particulier, d’avoir affaire à plusieurs commanditaires sur un même projet et donc à plusieurs chaînes de décisions ou encore le simple fait de devoir produire des données quantitatives.
Une fois que cette relation d’application et les contraintes qui en découlent sont prises en compte, l’auteur dénombre quatre domaines dans lesquels l’anthropologie du développement peut être appliquée. Premièrement dans la formulation des politiques de développement et la maîtrise de leurs médiations sociales. Il s’agit de la conception, de la mise en place et du suivi d’un projet. On pense ici à l’anthropologue comme médiateur entre les bénéficiaires et les développeurs. Deuxièmement, lors de l’évaluation : l’anthropologue collecte des données orales en complément des données quantitatives, il s’agit pour lui de décrire et d’interpréter la mémoire orale mais aussi l’histoire du projet (déconstruction), dans le but d’identifier les décalages entre les objectifs et les résultats des projets. Troisièmement, la question de la langue, en mettant en avant les enjeux linguistiques tels que ceux de la traduction par exemple. En effet des logiques sociales sont produites voire imposées par la langue. Un exemple tiré de notre terrain : en quechua cusqueño, le mot « développement » est traduit par allim kausay qui signifie bien vivre…. Dernier point, la mesure économique qui appréhende l’étude du rôle économique du secteur informel. Ce dernier domaine mène à des problèmes éthiques et déontologiques dans la réutilisation des données par un tiers tel qu’un État.

Nous pouvons, pour conclure, dénombrer trois points majeurs que nous retrouvons dans ce chapitre ainsi que dans le troisième courant de pensée alliant, recherche fondamentale et approche appliquée :

-L’analyse des discours du développement et sa déconstruction : interroger la notion de développement, établir une relation développeur/développé, montrer en quoi le savoir scientifique est une construction et enfin, dépasser cette déconstruction en montrant que les anthropologues doivent s’engager.

-L’apport de l’anthropologie dans les projets de développement : garder le contrôle sur le développement en montrant l’importance de l’anthropologie, s’interroger sur les changements sociaux impactés et proposer de plus longues durées d’études sur le terrain.

-La légitimité de l’anthropologie : réinterroger les concepts et comprendre comment ils se traduisent dans les projets de développement, préconiser une méthode anthropologique avant tout engagement, et enfin, donner une voix à l’anthropologie qui a son mot à dire et qui engage de nouvelles relations dans le monde du développement.

Dans cette approche à la fois critique et appliquée, nous devons toujours garder à l’esprit la question de la légitimité de l’intervention « chez les Autres » et conséquemment, celle des enjeux éthiques et déontologiques propres à toute anthropologie appliquée.

 

 


[1] Ex ORSTOM qui à cette époque prend la décision de concentrer ses efforts sur les « grands enjeux du développement ».

[2] Jean-Pierre Olivier de Sardan. (1995), Anthropologie et développement. Essai en socio-anthropologie du changement social. Paris, APAD-Karthala.

[3] Voir Arturo Escobar. (1995), Encountering development the making and unmaking of the Third World, Princeton N.J., Princeton University Press.

[4] Voir entre autre Mickaël Cernea (1991)(1re éd. 1985), Putting the People First. Sociological Variables in Rural Development. London, Oxford University Press. Puis plus tard Robert Chambers. (1997), Whose reality count ? Putting the Last First, London, Intermediate Technology Publications.


Mélissa Cornuel

Étudiante en Master 2 européen d'Anthropologie des Dynamiques Sociales et du Développement à l'Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Domaines de recherche: Développement, aide humanitaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *