De l’importance de la formation théorique – par Ludivine Egounleti

Ludivine Egounleti (Master 2, Ethnologie générale, Université Paris Ouest)

De l’importance de la formation théoriquepour l’ethnologue dans l’entreprise

Synthèse de la séance 3 sur “Itinéraire d’un anthropologue devenu dirigeant d’entreprise” avec Nicolas Flamant, DRH chez Spie Batignolles.

Quelle est l’importance de la formation rigoureuse, théorique et méthodologique en anthropologie pour le monde de l’entreprise ? Nicolas Flamant, anthropologue et directeur des ressources humaines chez Spie Batignolles, nous a présenté son parcours et ses réflexions sur l’ethnologie dans l’entreprise

Trouver sa place 

La construction de l’objet se fait à partir de deux questionnements : qu’est-ce qu’est fondamentalement une entreprise, et comment situer les sciences sociales dans ce milieu ? L’espace de l’analyse de l’entreprise est déjà saturé notamment par les sociologies du travail, visant à la création de sens, et le management, pour apporter du sens. L’anthropologie doit pouvoir aboutir à un double positionnement, à la fois académique et entrepreneurial. Elle doit également pouvoir se situer par rapport aux autres disciplines, telles que la sociologie, l’économie ou le marketing. En cela, elle devrait développer une méthodologie propre au monde de l’entreprise, en partant des fondamentaux de la discipline.

Méthodologie : grille de lecture & décentrement

La méthodologie de l’anthropologie en entreprise peut se démarquer et se révéler à travers la grille de lecture utilisée pour observer les faits. Par « grille de lecture », on entend un équipement méthodologique solide, qui aidera dans la confrontation avec d’autres milieux.

Par exemple, pour travailler avec ou sur les entreprises, il est intéressant d’avoir recours à d’autres mécanismes méthodologiques que ceux de l’économie. C’est ce qu’il fait dans son travail de thèse : :lors de son terrain en Inde, il s’aperçoit qu’une des clés pour interpréter l’ensemble du fonctionnement de la filière qu’il observe est la parenté, qu’il appliquera en grille de lecture sur  l’actionnariat familial, la codification juridique, la religion musulmane.

Cette structure de pensée et l’ancrage méthodologique à travers lesquels il analyse les faits, lui permettent de se décentrer des situations observées, tout en gardant une structure de pensée basée sur des fondamentaux.

Le regard de l’anthropologue

La force de l’anthropologie résiderait dans une acuité plus profonde de tous les phénomènes permanents, qui échappent à la logique immédiate. Pour le conférencier, il est important de « requestionner les termes du débat et d’être plus rigoureux sur ce qui va de soi ». L’expérience de terrain, dans son aspect « exotique », permet de prendre du recul, se distancier de son objet pour pouvoir appréhender des situations nouvelles.

Au sein des réseaux humains et interactions

L’anthropologie doit parvenir à un double positionnement, entre la recherche scientifique et le mode entrepreneurial, car le chercheur se situe à la fois au sein des relations humaines propres à son terrain, et doit aussi être dans une optique de travail pluridisciplinaire, aussi bien dans l’entreprise que dans le dialogue avec les autres disciplines. En effet, il s’agit de construire son objet en se distinguant des autres disciplines, tout en étant apte à le rendre accessible par la suite aux acteurs du monde professionnel.

L’anthropologie donne la possibilité d’être beaucoup dans l’observation rapprochée, de comprendre comment s’inscrivent les choses dans un ordre général. C’est pour cela qu’il est nécessaire d’avoir un équipement intellectuel, une structure de pensée. Il faut savoir se laisser prendre dans des situations, et accepter de s’y perdre, car le fait d’avoir un solide équipement intellectuel sert alors de corde de rappel.

Le chercheur en anthropologie doit être capable de comprendre le langage et le comportement des acteurs qu’il observe, puis de leur restituer ces analyses en des termes plus pragmatiques.

Garder la bonne distance

La difficulté du travail dans l’entreprise est d’arriver à se distancier, retrouver une « position d’altérité » pour pouvoir proposer une lecture différente, tout en établissant une observation rapprochée des acteurs. Il est important donc, pour le chercheur en anthropologie, de définir au préalable avec l’entreprise les objectifs de la recherche, sans que celle-ci ne prenne entièrement la main sur le projet – comme il arrive souvent.

Pour le chercheur, une enquête ouverte, à laquelle seraient intégrés la négociation d’entrée dans l’entreprise puis le processus d’intégration, semble préférable

Les CIFRE (Convention industrielle de formation par la recherche), contrat dont a bénéficié Nicolas Flamant dans le cadre de la préparation de sa thèse, doivent porter sur un projet clair, incluant en amont un travail fondamental de compréhension des avantages du travail de recherche pour l’entreprise.

Objectifs de la recherche anthropologique pour l’entreprise

Le fondement du travail de l’anthropologue est de parvenir à comprendre ce qui permet à un système de fonctionner. L’entreprise recherche l’efficacité, la performance et les met en scène. La finalité économique est importante, cependant l’ethnologue dépasse la raison économique pour questionner l’évidence et y apporter d’autres dimensions, sociales, politiques, culturelles, symboliques. A partir de là, il s’interroge : comment est-ce que les acteurs lisent et perçoivent les situations dans lesquelles ils sont ? Les perceptions orientent les formes de socialisation et les actions dans l’entreprise. L’intérêt pour l’anthropologue est de réussir à entrer dans ce système qui lui pré-existe, et d’en proposer une lecture différente.

Conclusion

Cette intervention met en lumière l’intérêt d’une formation théorique et méthodologique rigoureuse chez le chercheur en anthropologie. Cet ancrage permet au chercheur en anthropologie de se décentrer de toutes les situations et expériences de terrain, et ainsi d’apporter un regard sur les faits que n’auront pas particulièrement les autres disciplines et acteurs de l’entreprise. Tout en préservant les fondamentaux de la discipline, il faut pousser de nouveaux champs et aller voir ce qu’il se passe dans les autres disciplines et dans le domaine économique. Par ailleurs, il faut un ancrage solide pour pouvoir également porter le débat à l’extérieur. Cette base intellectuelle et méthodologique de l’ethnologie devrait s’ouvrir à la professionnalisation et être transcrite en termes de compétences. Il est alors aussi conseillé de développer celles du pilotage de projet, comme l’animation et la coordination d’actions projet. Le parcours de Nicolas Flamant montre à quel point l’ancrage théorique que lui a apporté l’anthropologie, lui a permis également de s’adapter à des terrains divers et de se confronter à des attentes très différents.


Anne-Gaël Bilhaut

Anthropologue indépendante (AnthropoLab), associée au Centre Erea du Lesc (France), au Laboratoire d'anthropologie sociale et culturelle de l'Institut de sciences humaines et sociales de l'Université de Liège (Belgique), et à l'Institut français d'études andines (Pérou) https://independent.academia.edu/AnneGaelBilhaut

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *